Accueil du site > Actualités > International > Les vertus de l’infidélité

Les vertus de l’infidélité

samedi 31 août 2002, par Manue

Le modèle judéo-chrétien de couple-lié-jusqu’à-la-mort et position-missionnaire est un artéfact de l’histoire de l’humanité. Et c’est tant mieux parce que le comportement volage est bon pour la perpétration de l’espèce humaine. Telle est du moins la conclusion d’une étude anthropologique américaine sur les pratiques sexuelles et les modes familiaux observés chez de nombreux groupes ethniques. L’infidélité n’est d’ailleurs pas le privilège du mâle dans bien des cas, contrairement à la métaphore largement acceptée en Occident selon laquelle l’homme tendrait à ressembler à ses millions de spermatozoïdes destinés à se répandre à tout va, tandis que la femme réserverait fidèlement son unique ovule à l’élu. Voyez l’exemple des femmes Barí en Colombie et au Vénézuala qui, quand une naissance s’annonce, brandissent fièrement la longue liste des pères probables à la communauté. L’étude a recensé plus de 20 cas de sociétés actuelles comme celle-ci, qui acceptent le principe qu’un enfant pourrait, et même idéalement devrait, avoir plusieurs pères. La sexualité avec de multiples partenaires offre en effet pas mal d’avantages. D’une part, biologiquement, comme cela a été observé et bien documenté chez les primates, elle rend les femmes plus fertiles. D’autre part, pour l’alimentation, le développement et la défense des enfants, la multiplicité des pères est plus efficace que l’unicité. Voilà qui est limpide !

Source : Alternet

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0