Accueil du site > Actualités > Europe > Homoparentalité : des blocages…et des réactions

Homoparentalité : des blocages…et des réactions

jeudi 4 avril 2002, par Dominique Foufelle

En France, le 26 février 2002, l’observatoire du PACS a tenu une conférence de presse dans les locaux de Sida Info Service pour réagir à l’arrêté que devait rendre la cour européenne des droits de " l’homme " pour statuer sur le refus d’agrément à un célibataire homosexuel dans une procédure d’adoption. Il intervient suite à une décision du conseil d’Etat (octobre 1996) qui avait reconnu à M. Fretté des qualités humaines et éducatives certaines, mais lui avait dénié la possibilité d’adopter du fait d’absence de garanties suffisantes sur les plans familial, éducatif et psychologique... Bref, du fait de son homosexualité. Le 13 mars, un groupe auto-nommé Gloss, Groupuscule des Lopettes Organiquement Sexuelles et Subversives, jetait des kilos de peintures roses sur les murs du siège de l’Unaf (Union nationale des associations familiales). Une réaction qui ne s’est pas faite attendre après la satisfaction très affirmée de l’organisation familialiste concernant le rejet de la loi en faveur de l’adoption d’enfants par les couples homosexuels. En effet, suite à l’Arrêt Fretté de la Cour Européenne des droits de l’Homme, l’Unaf, par la voix de sa directrice générale adjointe, Monique Sassier, avait déclaré "on reste très réticent dès lors que l’adoption est faite par une personne qui revendique son homosexualité". Rappelons qu’en mai 2001, l’Unaf se déclarait déjà hostile à une telle loi. Monique Sassier s’était alors exprimée de façon virulente sur l’impérieuse nécessité pour l’enfant adopté d’avoir " un référent masculin " et un " référent féminin ", sous peine de déviance psychologique. Résultat : pas d’adoption pour les couples gays et lesbiens. Mais quand se décidera-t-on à demander aux hétéros des " garanties suffisantes sur les plans familial, éducatif et psychologique ", pas seulement pour adopter, mais avant tout pour procréer, c’est-à-dire pour imposer la vie à des enfant-e-s qui sont marqué-e-s à vie par tant de parent-e-s hétéros immatures, irresponsables, violent-e-s, violeurs, incestueux-ses, etc. ? Et si on donnait à la population les moyens de ne pas faire de futur-e-s orphelin-e-s ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0