Accueil du site > Humeur > Après Porto Alegre, bienvenue à Mumbai

Après Porto Alegre, bienvenue à Mumbai

samedi 17 janvier 2004, par Laurence

Ca y est ! Le 4ème social forum est ouvert à Mumbai. Un vrai défi pour le mouvement altermondialiste et une belle opportunité pour nous, les féministes, avec l’un des thèmes central dédié au patriarcat.
75 000 personnes déjà enregistrées, 50 000 autres qui s’ajoutent, des centaines de stands. Ce qui, jusqu’à hier, n’était qu’un chantier en construction, respire aujourd’hui, presque le même air qu’à Porto Alegre. Et pourtant, c’est un vrai changement auquel on assiste. Même si l’idée d’organiser les forums sociaux partout dans le monde était déjà en germe dès le premier Porto Alegre, il a fallu passer aux actes.

Ca y est ! Le 4ème social forum est ouvert à Mumbai. Un vrai défi pour le mouvement altermondialiste et une belle opportunité pour nous, les féministes, avec l’un des thèmes central dédié au patriarcat.
75 000 personnes déjà enregistrées, 50 000 autres qui s’ajoutent, des centaines de stands. Ce qui, jusqu’à hier, n’était qu’un chantier en construction, respire aujourd’hui, presque le même air qu’à Porto Alegre. Et pourtant, c’est un vrai changement auquel on assiste. Même si l’idée d’organiser les forums sociaux partout dans le monde était déjà en germe dès le premier Porto Alegre, il a fallu passer aux actes. Envers et contre ceux qui n’y croyaient pas. C’est un pari pour tout le monde que cet élargissement de l’altermondialisation au sous-continent indien, et donc à l’Asie.
Hier soir, les délégations sont venues une par une, pleine de couleurs, de danses et de chants, défiler dans l’immense espace dédié à l’inauguration. Suivis bien sûr par les inévitables discours, un peu longuets et répétitifs. Excepté peut-être les mots forts et engagées d’Arundhati Roy, l’écrivaine indienne.
Autre chose, cet événement est, malgré les fortes oppositions, soutenu par le parti communiste local, ce qui ne rend pas les choses évidentes pour nous, les dépaysé-es. Il nous est encore bien difficile de comprendre les subtilités des mouvements sociaux ici et de leur imbrication avec le politique. Pour nous, la bonne nouvelle est que le patriarcat est l’un des cinq axes thématiques, et que c’est une première dans un forum social. D’ailleurs, les organisations de femmes sont venues en nombre et ont déplié leurs expériences sur les stands. Prostitués, intouchables, artisanes… tout un monde de femmes bien décidées à ne pas laisser les choses continuer telles qu’elles vont. Bien décidées à partager leurs expériences et à participer à la construction d’un monde différent.

P.-S.

Josefina Gamboa et Karine Portrait - 16 janvier 2004

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0