Accueil du site > Evénements > Refuser les Sans terre et la pauvreté rurale

Refuser les Sans terre et la pauvreté rurale

dimanche 30 novembre 2003, par Joëlle Palmieri

Du 6 au 10 décembre 2003 se tiendra à Port Elizabeth en Afrique du Sud le premier tribunal populaire sur les Sans terre et la pauvreté rurale, suivi par trios jours de conférence. Une occasion de donner la parole aux sans-voix et de défier le gouvernement sur ses politiques agraires.

Du 6 au 10 décembre 2003 se tiendra à Port Elizabeth en Afrique du Sud le premier tribunal populaire sur les Sans terre et la pauvreté rurale, suivi par trios jours de conférence. Organisés par l’Ong sud-africaine TCOE, ce tribunal permettra de donner la parole à tous ceux qui pourront apporter leur point de vue légal, économique et historique sur la question de la terre en Afrique du Sud. Les arrêtés du tribunal seront alors discutés en conférence, afin de dégager les causes profondes de la situation actuelle de la propriété agraire et de définir des stratégies communes, préparer des campagnes, organiser des réseaux internationaux... afin de « rompre les chaînes de la pauvreté rurale en Afrique du Sud ». Des paysans d’autres pays du Sud, des Philippines, du Brésil, du Mozambique, du Zimbabwe, de l’Inde, du Kenya, sont invités pour partager analyses et perspectives sur la question agraire ainsi que pour témoigner de leurs méthodes d’organisation et de mobilisation des pauvres, sans terre.

L’impact de la dépossession des terres en Afrique du Sud


Les organisateurs annoncent la couleur. Il s’agit pendant ces quelques jours de "repenser la sécurité alimentaire et les conditions de vie en milieu rural » et dans la foulée de « repenser la reforme agraire » en revisitant l’histoire de la législation, en évaluant l’actuel programme gouvernemental, en analysant les limites de la réforme avec une perspective de genre et d’alternatives économiques. Rien moins que ça !
Pour commencer, le tribunal populaire : « Laissons les voix des masses rurales se faire entendre ! ». Ainsi les activités de cette entreprise sans précédent incluront des activités culturelles et des chansons, qui reflèteront l’histoire de la dépossession des terres et de son impact. Des intervenants apporteront une vue d’ensemble tant universitaire et qu’empirique sur l’économie politique de la terre actuellement. Des représentants de la communauté rurale apporteront des témoignages (quelques études de cas bien préparées comme des témoignages volontaires plus spontanés). Les femmes et les jeunes seront inclus en tant que thèmes à part entière. Enfin, un sommaire des griefs retenus contre l’Etat (légal, politique et social,…) sera édicté ainsi que l’ensemble des demandes et le verdict final.

Organiser les pauvres ruraux dans l’Afrique du Sud post-apartheid

« De la libération de l’apartheid à la libération des pauvres et des sans terre ! ». Les objectifs de la conférence convergent vers une plus grande mobilisation politique. Il s’agit d’engager les chefs ruraux, les militants des droits à la terre, les Ongs, les mouvements sociaux ruraux naissants et d’autres acteurs à réfléchir aux défis à lancer face à la question agraire en Afrique du Sud. Examiner et critiquer la nature des modèles de vie ruraux et évaluer le rôle joué par le secteur de l’agriculture et tout autre production relative à l’exploitation de la terre, feront partie des réflexions globales. Il s’agira aussi pour les participants de passer en revue les limitations de la réforme agraire existante ainsi que toutes les autres formes de soutien au développement rural (financier et technique, etc.) proposés par toutes les strates du gouvernement sud-africain. Alors pourront se développer des stratégies pour défier les inégalités, pour explorer des solutions de changement concrètes basées sur d’autres expériences du Sud. Apprendre des expériences des autres paysans du Sud en matière de mobilisation et d’organisation fait aussi partie de ce défi global. Enfin, ce tribunal et cette conférence permettront de promouvoir toutes les organisations et mouvements ruraux populaires.

P.-S.

Joelle Palmieri – 24 novembre 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0