Accueil du site > Femmes en réseau > Actualités de Fer > Declic en danger

Declic en danger

lundi 30 juin 2003, par Joëlle Palmieri

Je voudrais partager mon avis sur le manque de soutien notamment financier des institutions et autres, et sur l’importance de créer du lien social pour lutter contre l’invisibilité et la non-reconnaissance du travail des femmes.
Selon Declic (dans la grande banlieue parisienne), il a été très difficile au début de fonder cette association, car pour les « subventionneurs », il était très difficile de croire à notre projet porté d’une part par des femmes et qui plus est des femmes vivant dans des cités, avec un niveau scolaire pas très élevé. Nous avons eu très peu de soutien au début, il fallait qu’on fasse nos preuves. Depuis Déclic existe depuis 1995, nous sommes aujourd’hui 4 salariés sous forme d’emplois aidés par l’Etat : 1 adulte-relais, 1 emploi-jeune, 1 contrat initiative emploi et 1 CEC (contrat emploi consolidé).
La réussite de Declic tient dans le fait, je pense, que cette association implantée au coeur d’une cité est maintenant reconnue par les habitants, l’institution locale, ainsi que les partenaires locaux. Le fait qu’il n’y ait aux postes de responsabilité et d’animation que des femmes, les jeunes, notamment les garçons, appellent l’association « La Déclic ». Le fait de féminiser le nom de l’association est selon moi, d’une certaine manière, une reconnaissance du travail fait par des femmes.
Au niveau des difficultés, elles sont surtout financières, d’autant plus que cette année nous venons d’apprendre que, dans le cadre des contrats de ville, nos subventions ont diminué énormément, dû à la politique du gouvernement qui supprime beaucoup de crédit notamment pour tout ce qui est relatif au travail culturel et social, au bénéfice des politiques de sécurité... Malheureusement, nous n’avons pas assez de ressources propres pour pouvoir garder les salaires sans subvention. Declic est aujourd’hui en danger.

Florence Themia – Association Declic - 6 juin 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0