Accueil du site > Ressources > Europe : vers la surenchère militaire

Europe : vers la surenchère militaire

mardi 29 avril 2003, par Josefina Gamboa

Pendant que l’attention des peuples est fixée sur l’après-guerre en Irak, les chefs d’Etat de l’Union Européenne (UE) se réunissent et concoctent un projet susceptible, selon eux, de recoller le consensus à l’intérieur de l’Union et de s’imposer aux Etats-Unis. En réalité, il s’agit d’ériger une puissance militaire, dont les effets économiques, sociaux et culturels ne sont même pas évoqués. Ce plaidoyer contre le surarmement et pour la démocratie appelle à rassemblement citoyen. Debout !

En dehors de sa rhétorique incantatoire sur l’Europe comme « lieu de croissance économique et de progrès social et... comme société solidaire, libérale et démocratique plus équitable » (Costas Simitis, Président actuel du Conseil européen, Le Monde, 16 avril 2003), la politique étrangère du projet de l’Union européenne semble se limiter à la création d’une Europe dont la priorité serait d’ériger l’Union en grande puissance militaire. C’est à ce projet que souscrivent avec une belle unanimité des chefs d’Etats, qui furent partisans de la négociation pendant la guerre d’Irak comme Chirac, Schroeder et Guy Verhofstadt ou des boutefeux comme Blair, Aznar et autres. De quoi s’agit-il ?
Le 29 mars 2003, Javier Solana, haut représentant de l’Union Européenne pour la politique étrangère, déclarait que « si nous voulons jouer un rôle, il faut des moyens financiers pour avoir des capacités militaires.... Aujourd’hui nous voulons jouer un rôle important sur la scène mondiale, mais en même temps nous ne sommes pas prêts à faire des sacrifices pour augmenter nos budgets militaires » (Le Monde, 29 mars 2003). Quant au Commissaire européen chargé de la recherche, déplorant l’écart des sommes consacrées à la recherche entre l’Europe et les Etats-Unis - dont on connaît l’importance pour les technologies militaires - il invite les Etats européens à combler ce fossé (Le Monde, 19 mars 2003). Ce qui est plus grave encore, c’est que ce discours, loin de se limiter aux chefs d’Etat et responsables de l’UE, est relayé en choeur, quand il n’a pas été initié, par les porte-parole les plus en vue des partis politiques, des intellectuels, des grands médias, des faiseurs d’opinion et des chercheurs et experts du militaire officiant dans les universités ou les grandes fondations de recherche. Tous réclament à corps et à cris une augmentation des budgets militaires et « de gros efforts pour rivaliser avec les Etats-Unis » (ibid.), donnant comme exemple le Royaume-Uni qui consacre à la défense un pourcentage plus élevé du Pib que la France et l’Allemagne.

Augmenter la part des dépenses militaires

Il faut dire que, bien avant la dernière guerre du Golfe, tout ce que la France comptait de chercheurs et d’experts dans le domaine militaire martelait, dans les médias comme dans les enceintes parlementaires ou universitaires, comme un évidence la nécessité d’augmenter la part des dépenses militaires. Aujourd’hui cette obsession hexagonale a atteint les plus hauts responsables de l’UE, la France et l’Allemagne ayant déjà devancé cet impératif supposé, en espérant susciter un effet d’entraînement chez leurs partenaires européens.
Et nous voici devant une énorme contradiction : ces deux Etats importants de l’UE qui, en préférant la négociation et le droit international à la croisade militaire américaine en Irak, se sont attirés l’approbation de leurs concitoyen-nes et du monde, revendiquent aussi pour l’Europe la construction d’une puissance militaire au moins égale à celle des Etats- Unis. Dans quel but ?
Croient-ils naïvement qu’en continuant cette course aux armements, ils vont infléchir la domination mondiale des Etats-Unis et contraindre cet Etat à respecter le droit international au lieu de le subordonner à la force militaire ? Avec un budget militaire plus important, l’UE va-t-elle obliger les Etats-Unis à signer, ratifier ou appliquer les conventions internationales qui inaugurent un début de solidarité planétaire basée sur les droits de tous les peuples et de tous les êtres humains à vivre dans un monde de justice et de paix ? Ignorent-ils que les Etats-Unis refusent soit de signer, soit de ratifier, soit d’appliquer ces conventions sur l’élimination de toutes les discriminations à l’égard des femmes, sur le climat, la prohibition des mines antipersonnelles et des essais nucléaires, le commerce, les droits de l’enfant, la Cour Pénale Internationale, les droits culturels, la guerre et la protection des populations civiles en temps de guerre, etc.? Et qu’il leur suffit de déclarer « terroriste » un Etat ou un individu pour faire fi du droit international ou tout simplement des dispositions de la Charte Universelle des Droits Humains ? Nous sommons les dirigeants de l’UE de nous montrer comment l’acquisition supplémentaire par l’UE de deux ou trois porte-avions à propulsion nucléaire, de missiles ou de satellites militaires, d’avions de combat, etc., pourra contraindre l’Etat américain à respecter les dispositions de la Charte des Nations Unies et des conventions internationales et à renoncer à la guerre...

Surarmement contre démocratie

Prendre les Américains comme modèle dans leur course à la supériorité mondiale en les imitant dans leur surarmement démentiel aboutit à préférer la guerre à toute négociation comme solution pour régler un conflit, quitte à adopter la théorie de la guerre préventive et à inonder la planète de vente d’armes. Il faut bien consommer par la guerre ou par les ventes d’armes une accumulation gigantesque d’équipements militaires qui encombrent les arsenaux en vue de faire place à d’autres équipements plus sophistiqués qui iront grossir les profits des complexes militaro-industriels. C’est là le projet d’avenir que l’on propose aux millions de citoyen-nes européen-nes qui sont descendu-es dans la rue pour manifester leur volonté de rompre avec une logique de puissance et de profit qui sacrifie l’aspiration des peuples à une paix durable et aboutit à une logique de guerre et de mort. L’exemple de l’Angleterre qui a suivi le modèle américain de croissance des dépenses militaires est éclairant et s’oppose à l’ambition d’une UE dont l’autonomie devra reposer sur la volonté politique et le courage des Etats qui la composent et non sur les armes et le mimétisme, synonyme de vassalité, à l’égard des Etats-Unis.
Il est de plus affligeant de constater que les dirigeants européens de l’UE ne se posent aucune interrogation sur les conséquences que ce projet aura inévitablement sur les exigences de la construction de l’Europe ? Comme si une UE qui doit s’agrandir à 25 pays ne sera pas tôt ou tard sommée de choisir la répartition de ses dépenses budgétaires, sous peine de créer le chaos en son sein. Sacrifier les dépenses civiles au profit des dépenses militaires reviendrait à affaiblir dangereusement l’économie européenne en ruinant sa compétitivité et à sacrifier le social en augmentant le chômage (car, à somme égale, le militaire crée deux à trois fois moins de postes de travail). Ainsi seraient comblés les voeux du capital américain de conquérir le marché européen tandis que les Etats européens n’auraient d’autres ressources pour faire taire les chômeurs et les exclus que de multiplier les mesures répressives ou, sous prétexte de solidarité atlantiste, de les enrôler dans une guerre mercenaire... sous la houlette américaine. Et même en sacrifiant les peuples européens, il n’est pas sûr du tout que les Etats-Unis ne garderaient pas leur « avance technologique » sur le plan militaire et que l’Europe pourrait recréer un consensus pour s’affirmer sur la scène internationale. D’ailleurs, s’il en était ainsi, la question se poserait quand même : l’augmentation des dépenses militaires et le consensus pour la puissance militaire européenne, ce serait pour quoi faire ? :

- pour fabriquer des ennemis à abattre ? Ainsi, après la chute de l’Empire soviétique, on a pu dire aux Etats-Unis avec humour que le département du Pentagone le plus occupé était celui de la recherche de l’ennemi. Une recherche vite achevée quand le Pentagone a désigné les cinq « Etats voyous » dont il a commencé l’abattage,
- pour créer une War room européenne, similaire à celle qui existe depuis des dizaines d’années aux Etats-Unis au ministère du Commerce, où des experts programment les stratégies civiles et, avec l’appui du Pentagone, les guerres nécessaires pour accaparer les marchés civils et militaires et les richesses du monde au profit des géants de l’armement, du pétrole et des multinationales ?
- pour développer la peur sur la dangerosité de l’ennemi désigné, quitte à instaurer une communication « politiquement correcte » en vouant les contestataires au silence dans les médias ou à la stigmatisation quand ils ne sont pas assimilés à des « terroristes » ?
- pour, en fin de compte, écraser la démocratie puisque, en la réduisant à des joutes électorales, les dirigeants européens comme ceux des Etats-Unis imposent leurs choix en politique étrangère et en matière de défense ? Une politique basés sur le solipsisme, le communautarisme occidental, synonyme d’égoïsme et du refus de l’écoute et des aspirations de l’Autre, y compris de leurs propres peuples, rejetés ainsi dans l’Altérité et l’exclusion.

Créer et gérer les dépotoirs d’armes

On nous rétorquera que c’est justement pour éviter ces dérapages et cette barbarie que l’UE veut se constituer en grande puissance militaire et s’imposer aux Etats-Unis mais nous exigeons de nos dirigeants qu’ils nous expliquent comment, par suite de son surarmement, l’UE évitera cette dérive guerrière et répressive qu’illustre l’Etat américain et qui menace potentiellement tout Etat surarmé. La production d’un bien, fût-il une arme, exige en effet tôt ou tard sa consommation, fut-ce par la rouille dans les entrepôts, mais l’espace en Europe, contrairement aux Etats-Unis, est limité et coûte très, très cher. Polluer l’espace national par l’entassement des armes ou exporter celles-ci dans les pays du Tiers-Monde aura un coût énorme, d’abord en vies humaines mais aussi en termes économiques, culturels et environnementaux.
L’Afrique est la victime exemplaire d’une politique des grandes puissances qui en ont fait le dépotoir des armes obsolètes produites du temps de la guerre froide. Les dirigeants de l’UE ont-ils seulement réfléchi au problème ?
Enfin, on est obligé de constater que, depuis plus de cinquante ans, que cette logique de prédation basée sur la force militaire est à l’oeuvre et que le droit international est bafoué sans vergogne par les Etats dominants, les peuples vietnamiens, algériens, palestiniens, bosniaques, tchétchènes, irakiens, kurdes ou tibétains - et j’en passe - révèlent que leur dignité ne se brade pas et qu’elle suscite des formes variées de résistance à l’occupation étrangère. Surarmer et faire la guerre, après avoir créé un ennemi et insufflé la peur aux populations, ne résoudra pas le terrorisme mais l’ amplifiera tôt ou tard.
Aux citoyens-nes européen-nes de refuser d’être pris-es en otage par nos dirigeants respectifs et de leur exprimer nos choix - avant qu’il ne soit trop tard - pour une monde de justice, de réduction des inégalités et de respect du droit international, seuls garants d’une paix durable à la place du cycle infernal de surarmement, de guerres et de gaspillages insensés qui conduiront tôt ou tard l’UE et l’humanité à leur perte, avec ou sans l’aval de l’ONU.

P.-S.

Andrée Michel, directrice honoraire de recherche CNRS, 22/04/03

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0