Accueil du site > Actualités > Amérique du nord > Boycotter le référendum sur les traités aboriginaux en Colombie (...)

Boycotter le référendum sur les traités aboriginaux en Colombie britannique

, par Joëlle Palmieri

La cheffe Hupacasath Judith Sayers appelle au " boycott actif " du référendum sur les traités aboriginaux et à une prise de conscience internationale. Ce référendum, qui propose aux citoyens de Colombie britannique, du 2 avril au 15 mai 2002, de se prononcer sur l’utilisation du territoire provincial, constitue une attaque très sévère aux acquis des nations indigènes. L’énoncé plus que simpliste des huit principes du texte met grossièrement en avant le droit à la propriété privée, à l’exploitation commerciale et aux activités récréatives de " tous les habitants de Colombie britannique ". Entre les lignes, cela signifie que les indiens autochtones sont priés d’épargner les autres citoyens de leurs revendications territoriales et culturelles, et que leurs droits spécifiques et durement acquis passent à la trappe d’un seul coup. Selon Judith Sayers, voter non ne vaut guère mieux qu’un oui. Les deux légitiment un référendum irrecevable. Le boycott actif consiste à renvoyer le bulletin non signé à l’association Hupacasath, qui les renverra tous ensemble au gouvernement pour appuyer la dénonciation.
Source : CBC News / Union of British Columbia Indian Chiefs (http://www.ubcic.bc.ca/)
Transmit par Cybersolidaires (Québec)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0