Accueil du site > Evénements > Le détail qui change tout

Le détail qui change tout

vendredi 24 janvier 2003, par Dominique Foufelle, Pénélopes

Se restaurer solidaire, ne pas laisser derrière soi des déchets non triés ? Consommateurs-trices responsables, vous n’aurez cette année plus aucune excuse pour ne pas mettre vos principes en pratique !

Des coopératives de Porto Alegre et des environs ont fabriqué 15.000 certificats en papier recyclé pour le Forum Mondial de l’éducation, 800 t-shirts et 30.000 sacs en tissu commandés par la coordination organisatrice du FSM. Dans tous les lieux du Forum, la restauration sera assurée par des associations ou structures d’économie solidaire. C’est une première ! Et une victoire qui vient couronner les efforts des acteur-trices du secteur à Porto Alegre pour étendre et fortifier leur réseau. Cette année, ils étaient assez organisés pour s’imposer comme fournisseurs – la moindre des choses en un lieu où il sera question d’économie solidaire dans maints séminaires et ateliers.
Les structures concernées se sont mises au travail depuis septembre. A la coopérative Asmusol, créée et animée par des femmes du quartier pauvre Grande Cruzeido, c’était pourtant le branle-bas de combat à la veille de l’ouverture. Les 7000 m de tissu nécessaires à la fabrication d’une partie des sacs distribués aux délégué-es n’étaient pas arrivés en décembre comme prévu, parce que les fonds promis par le gouvernement de l’Etat pour régler le matériel ne l’étaient pas. Résultat, à une semaine du FSM, elles ont organisé une crèche et des roulements pour que les machines à coudre marchent jour et nuit. Une autre coopérative de femmes, Griô, a imprimé en sérigraphie le sigle sur les rabats des sacs. Pour les deux structures, c’était une commande de première importance, financièrement bien sûr, mais aussi comme reconnaissance de la qualité de leur travail.
Autre initiative pragmatique qui met en cohérence pratiques et discours, celle des Amis de la Terre Brésil, qui vise à réduire les dommages causés à la propreté de la ville par le Forum. L’an dernier, les participant-es ont laissé derrière eux 60 tonnes de déchets non tirés. On en craint 80 tonnes cette année. Des événements se déroulant sur les quais, le fleuve court un grave danger de pollution. Les Amis de la Terre espèrent stimuler le sens civique de tous grâce à des affiches placardées sur les bus de la navette, réalisées par un collectif d’artistes, et proclamant : "Soyez un ami de Porto Alegre, respectez l’environnement et la ville." Grâce aussi à des poubelles de tri sélectif installées dans tous les lieux. Avant le bannissement de tous les conditionnements non recyclables ?

P.-S.

Dominique Foufelle - 22 janvier 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0