Accueil du site > Pratique > Expos > Orlan

Orlan

samedi 30 novembre 2002, par Joëlle Palmieri

Jusqu’au 9 février 2003
En refusant de porter son prénom et le nom de ses parents, Orlan a brouillé les codes sociaux et les marquages du sexe. Certains y voient une référence à ces guerriers du moyen âge qui cachaient leur identité avec un nom d’emprunt. Dans ses performances, Orlan dévoile les relations plus ou moins admissibles de l’image de la femme, de la sexualité et du commerce. Pendant plusieurs années, l’artiste interrogea l’histoire de l’art par l’intermédiaire de l’iconographie de la Vierge en faisant de Marie un objet de désir. C’est en 1977, à la F.I.A.C. de Paris, qu’Orlan se fait connaître. Elle se robotise et incarne un distributeur automatique de baisers à 5 francs. Dès cette première action, l’artiste touche l’impureté du monde de l’art. "En utilisant mon corps comme matériau, je remets en cause le marché de l’art et je revendique le droit des femmes à disposer librement de leurs corps". On pouvait voir près de l’œuvre : « Approchez, approchez, venez sur mon piédestal, celui des Mythes : la mère, la pute, l’artiste ». Orlan crée une image choc, l’artiste se vend directement du producteur aux consommateurs sans la médiation des marchands d’art et d’une œuvre d’art. Avec elle, il n’y a plus d’objet sacralisé, isolé. Quelques ce soit ces séries d’œuvres, Orlan travaille le corps, le sien et les modes de représentation du corps de tous continenents. Après différentes performances, opérations et greffes chirurgicales, Orlan travaille aujourd’hui son physique avec l’art numérique et les techniques de morphing. Orlan de par son faciès hybride et sa médiatisation est à la fois connue et méprisée. Il n’en demeure que son œuvre est une des plus poussées, et des fortes (mortelles) de la scène française.
Frac des pays de la Loire - La Fleuriaye, 44470 Carquefou tél : 02 28 01 50 00 - www.fracdespaysdelaloire.com

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0