Accueil du site > Actualités > International > Jo’burg : bilan provisoire

Jo’burg : bilan provisoire

lundi 30 septembre 2002, par Manue

Dix ans après Rio, 7 ans après la création de l’OMC, un an après les attentats de New York, le deuxième sommet de la Terre qui s’est tenu à Johannesburg du 26 août au 4 septembre n’a pas su renverser les rapports de force qui gouvernent la planète. Le plan d’action issu du sommet est un Agenda 21 réduit à une peau de chagrin à cause, en particulier, du sabotage orchestré par les Etats-Unis, où le concept originel de développement durable a quasiment disparu. Celui-ci a en revanche été repris à bon compte, sous une version déformée, laminée, galvaudée, par les multinationales, grandes gagnantes du sommet, tandis que les ONG ont à peine eu droit au chapitre dans les négociations officielles. Cependant que dans les rues de Johannesburg, les manifestations portaient les slogans des populations locales réclamant ’de la terre, du travail et de quoi manger’, et dénonçant les privatisations galopantes. L’apartheid a en effet changé de visage, mais il demeure bel et bien, en Afrique du sud et ailleurs. Comme pour tout grande rencontre internationale désormais, le contre-sommet a permis aux ONG d’avancer dans la concertation et l’organisation d’alternatives au ’développement’ néolibéral mondialisé. La formule ’Penser global et agir local’, à la fois concept et instrument, embrasse l’essentiel des résistances, en particulier dans les pays africains. Les enfants ont aussi fait leur sommet de Jo’burg. Enfin, Vandana Shiva, célèbre activiste indienne, nous rappelle le respect que nous humains devons à la Terre et aux autres espèces vivantes en proclamant les principes de la ’démocratie de la Terre’.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0