Accueil du site > Actualités > International > L’autre 11 septembre

L’autre 11 septembre

lundi 30 septembre 2002, par Josefina Gamboa

Le 11 septembre 1973, les Etats Unis, la ITT, l’Opus Dei et les militaires chiliens renversent le président du Chili, Salvador Allende, le conduisant vers sa mort. La proclamation militaire exige la démission de Salvador Allende et quelques minutes plus tard, l’aviation militaire bombarde des installations de la radio Portales et la radio Corporación.

En español
L’autre 11 septembre, est celui de 1973, quand les Etats Unis, la ITT, l’Opus Dei et les militaires chiliens ont renversé le président constitutionnel de la République du Chili, Salvador Allende, le conduisant vers sa mort.
C’était le jour de la révolte des Forces Armées contre le Pouvoir Civil. La proclamation militaire exigeait la démission du président Salvador Allende et quelques minutes plus tard, l’aviation militaire bombardait des installations de la radio Portales et la radio Corporación, la Marine de Guerre avait commencé son action retournant d’un prétendu exercice conjoint avec l’armée états-unienne, à quelques kilomètres des eaux territoriales chiliennes.
Le jour qui a divisé et enterré la vie des Chilien-ne-s dans 17 années de dictature. Le jour qui a imposé l’état de siège à un peuple qui vivait sous un gouvernement élu démocratiquement trois ans auparavant, un peuple qui avait réaffirmé son élection, augmentant les votes à faveur du gouvernement de 36% à 43% en 1973.
Le jour où ont été interrompus tous les droits des citoyen-ne-s, et les conquêtes des travailleur-se-s. Le jour où les universités ont été occupées par les militaires, et la censure arrivait aux radios et journaux, incluant la fermeture. Le jour de la mort et de la torture, où les camps de concentration ont été établis. Le jour où l’ordre du président Nixon, conseillé par Henry Kissinger, de finir avec le gouvernement constitutionnel sans mesurer les moyens ou les coûts.
Le jour où est né le chef d’une des plus sanglantes dictatures d’Amérique Latine, Augusto Pinochet Ugarte, le même qui avait proposé à Salvador Allende et son famille un avion pour quitter le Chili, cachant l’ordre secret de sa mort, plus tard révélé sur un enregistrement. Le même homme qui aujourd’hui se cache de la justice sous prétexte de démence sénile.
C’était un 11 septembre que Salvador Allende disait adieu au peuple chilien : « Je payerai avec ma vie la loyauté du peuple. Au nom de plus sacrés intérêts du peuple, au nom de la patrie, je vous demande de garder la foi. L’histoire ne s’arrête ni avec le crime ni avec la répression. Celle ci est une période difficile qui sera surmontée, et il est possible qu’ils nous écrasent. Mais l’avenir appartient au peuple, aux travailleurs. L’humanité avance vers la conquête d’un monde meilleur. »

Source : Argenpress en adital

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0