Accueil du site > Actualités > International > Un plan d’action peau de chagrin

Un plan d’action peau de chagrin

lundi 30 septembre 2002, par Manue

En fait de plan d’action avec calendriers et financements, les textes issus du Sommet de Jo’burg sont une série de platitudes qui témoignent sinon d’un mépris total, du moins d’une inquiétante amnésie vis-à-vis des engagements de Rio. Mais qui bien sûr n’ont pas manqué d’être qualifiés de succès par les organisateurs et par de nombreux chefs d’états, à l’instar du Chichi, grand chantre de la communication dithyrambique ès développement durable. A part quelques rares nouveautés (sur la préservation des ressources halieutiques, sur la lutte contre les plantations narcotiques clandestines), les engagements consignés dans le plan d’action (sur l’aide au développement, sur le sida, sur la lutte contre la pauvreté, etc.) sont des répétitions de promesses déjà faites et en général non tenues lors de précédentes réunions interministérielles (Monterrey, Durban, Rome, etc). Le Sommet de Jo’burg brillera plutôt par ses absences : rien sur les guerres, par exemple, pourtant exactement aux antipodes du développement durable, rien l’éducation, le transfert de technologie, ou sur la modification des modes de consommation, pourtant toutes pointées à Rio comme essentielles, rien la crédibilité et la gouvernance des multinationales et des institutions financières internationales, pourtant au cœur des politiques de développement. Etc, etc., la liste est trop longue !

Source : Mediasol

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0