Accueil du site > Ressources > Conférence mondiale sur la science (UNESCO- CIUS)

Conférence mondiale sur la science (UNESCO- CIUS)

lundi 1er janvier 2001, par Nicolas Bégat

Par Elsa Boulet

L’Unesco et le Conseil international pour la science (CIUS) ont organisé conjointement la Conférence Mondiale sur la Science (CMS) qui s’est tenue à Budapest du 26 juin au 1 juillet 1999. Plus de 1800 délégués représentant 155 pays, des organisations intergouvernementales, des ONG et des industries y ont assistés. Un article de Claire Deschênes, titulaire de la Chaire CRSNG/Alcan pour les femmes en sciences et génie au Québec (Membre de la délégation canadienne à la CMS).


Deux textes ont été adoptés par consensus à la CMS : une Déclaration sur la science et l’utilisation du savoir scientifique et un Agenda pour la science - cadre d’action. Les textes complets de la Déclaration et de l’Agenda peuvent être trouvés aux adresses suivantes : http://www.unesco.org/science/wcs/fre/fr.htm

En adoptant la Déclaration, les délégations ont donné leur appui politique à trois principes majeurs :
- la science pour le savoir ; le savoir pour le progrès
- la science pour la paix et le développement
- la science dans la société ; la science pour la société

Ces deux textes seront maintenant soumis à la Conférence générale de l’UNESCO (Paris 26 octobre - 17 novembre 1999). Ils y feront également l’objet d’une résolution proposée par le Directeur général de l’UNESCO en vue de leurs suivi et mise en œuvre.

Parmi les sujets traités, les gouvernements représentés à la CMS se sont entendus sur le besoin de promouvoir un accès plus équitable à la science et aux avantages qu’elle apporte, ce qui inclut une participation plus grande des femmes. En effet, plusieurs articles de la Déclaration et de l’Agenda pour la science mentionnent spécifiquement les femmes et deux paragraphes leur sont dédiés (voir plus bas).

La CMS avait été précédée au cours de l’année par six forums préparatoires sur les femmes, la science et la technologie (Amérique du sud, Asie-Pacifique, Méditerranée, Europe-Amérique du Nord, Afrique).
On peut trouver les textes résultant de ces réunions à l’adresse suivante :
http://www.unesco.org/science/wcs/meetings/reunions_associees.htm.

De plus, il s’est tenu à la CMS une réunion thématique sur les femmes, la science et la technologie : http://www.unesco.org/opi/science/vf/content/news/upresse.

Dans les délégations nationales à la Conférence mondiale, les femmes représentaient un peu moins d’une personne sur quatre.

Deux articles spécifiques sur les femmes, la science et la technologie


Déclaration sur la science et l’utilisation du savoir scientifique
42. L’égalité d’accès au domaine des sciences ne répond pas seulement à un impératif social et éthique de développement humain, elle est aussi une nécessité pour exploiter pleinement le potentiel des communautés scientifiques dans le monde entier et faire tendre le progrès des sciences vers la satisfaction des besoins de l’humanité. Il faudrait s’efforcer de remédier d’urgence aux difficultés rencontrées par les femmes, qui représentent plus de la moitié de la population mondiale, pour accéder aux carrières scientifiques, les poursuivre, y obtenir de l’avancement et participer aux décisions relatives à la science et à la technologie. Il est également urgent de s’attaquer aux difficultés qui empêchent la participation efficace pleine et efficace des groupes défavorisés.

Agenda pour la science - cadre d’action
90. Tenant compte des résultats des six forums régionaux sur les femmes et la science parrainés par l’UNESCO, la Conférence souligne que les gouvernements, les établissements d’enseignement, les communautés scientifiques, les organisations non gouvernementales et la société civile devraient faire des efforts particuliers pour veiller à ce que les jeunes filles et les femmes participent pleinement à tous les aspects de la science et de la technologie et, à cet effet :
-promouvoir, au sein du système éducatif, l’accès des jeunes filles et des femmes à l’enseignement scientifique à tous les niveaux ;
-améliorer les conditions de recrutement, de maintien en poste et d’avancement dans tous les domaines de la recherche ;
-lancer, en collaboration avec l’UNESCO et l’UNIFEM, des campagnes nationales, régionales et mondiales visant à faire prendre conscience de la contribution apportée par les femmes à la science et à la technologie, afin d’éliminer la vision stéréotypée que les scientifiques, les décideurs et la société dans son ensemble ont des femmes ;
-entreprendre des recherches, s’appuyant sur la collecte et l’analyse de données ventilées par sexe, qui illustrent les obstacles qui s’opposent au développement du rôle des femmes dans le domaine des sciences et de la technologie et des progrès réalisés en la matière ;
-suivre la mise en œuvre des meilleures pratiques et des enseignements tirés des évaluations et appréciations d’impact et en rendre compte ;
-veiller à ce que les femmes soient représentées comme il convient dans les organes et forums politiques et de décision aux niveaux national, régional et international ;
-créer un réseau international de femmes scientifiques ;
-continuer de démontrer la contribution des femmes dans le domaine des sciences et de la technologie.

Source : Netfemmes : le réseau électronique des groupes de femmes

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0