Accueil du site > Ressources > Au Sénégal, prostitution ou sida ?

Au Sénégal, prostitution ou sida ?

lundi 1er janvier 2001, par Nicolas Bégat


À Dakar, afin de garder la carte gouvernementale, qui leur laisse exercer leur métier légalement, les prostituées doivent se faire tester tous les mois pour les maladies sexuellement transmissibles, et tous les six mois pour le HIV. Bien informées, certaines refusent maintenant les clients qui ne veulent pas utiliser de préservatif. Une bonne nouvelle, alors que dans certains pays sub-sahariens, plus d’un cinquantième de la population adulte est séropositive.
Les États-Unis pourraient s’inspirer de l’exemple du Sénégal, qui a compris que quand on ne peut pas changer un comportement, il est crucial de rendre ce comportement plus sécurisé. On estime qu’environ la moitié des nouvelles infections HIV aux Etats-Unis ont lieu au sein des consommateurs de drogue par injection - plus de 60% sont dues à des seringues infectées. Malgré l’évidence scientifique répétée que les échanges de seringues ralentissent la diffusion du HIV, un programme national aux USA a été bloqué sur des bases idéologiques.
Sources Mark Schoofs, 31 janvier 1999, The Washington Post Company

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0