Accueil du site > Ressources > Rencontre entre les médecines traditionnelles et le VIH

Rencontre entre les médecines traditionnelles et le VIH

lundi 1er janvier 2001, par Nicolas Bégat

Par Marietou Dia

« Tradipracticiens » et chercheurs venus du Nord, se sont réuni à Dakar, le 10 mars dernier, dans le cadre de la recherche thérapeutique contre le sida. Echanger sur leurs pratiques, évaluer l’état des recherches, communiquer en vue d’une coopération des deux types de médecine pour améliorer la prise en charge des personnes contaminées, tels sont les enjeux de cette rencontre.

Les " ndeupkat" à la rencontre des chercheurs Détenteurs de la spiritualité vaudou, les pokonon et les pognikor du Bénin, les saltigues et ndeupkat de Fatick (Sénégal) ainsi que bien d’autres guérisseurs du continent et des Etats Unis se sont donné rendez-vous à Dakar. Avec les médecins, anthropologues, chercheurs, personnes vivant avec le VIH, universitaires américains et européens, partenaires au développement, etc., ils étaient environ trois cents hommes et femmes à participer, pour la première fois, au congrès international sur les "médecines traditionnelles et le VIH/Sida". On a beaucoup parlé de la pharmacopée, et il s’agit pour les guérisseurs, de faire le point sur la contribution réelle des médecines traditionnelles dans la recherche de la thérapeutique contre la pandémie du Vih/Sida. Au delà de cet objectif, "nous devons travailler a la reconnaissance internationale de la médecine traditionnelle comme étant le deuxième pilier de la médecine moderne", explique le président du comité d’organisation. Pour le Dr Erick Gbodoussou, cette conférence doit permettre de consolider la collaboration entre deux médecines pour le bien-être des populations. Outre la présentation des exemples de prise en charge de personnes vivant avec le VIH avec les plantes médicinales, des guérisseurs ont témoigné sur leurs approches de traitement qui implique l’aspect spirituel. Entre chercheurs venus du Nord et les guérisseurs, il y a eu un croisement intéressant d’expériences sur l’état des recherches sur le traitement contre le sida. Un échange qui permettra de trouver la composante chimique de la plante susceptible de neutraliser le virus du sida dans le corps. Mais le moment fort de cette conférence a été, sans doute, les séances de khoy et de ndeup prévues dans un cadre extraordinairement moderne. De la stratégie de collaboration entre les deux médecines a l’implication des tradipracticiens dans la prise en charge des maladies opportunistes, en passant la prévention du VIH, le programme a été chargé pour ces guérisseurs. Cette conférence, organisée sous l’égide du ministère de la recherche scientifique, était présidée par le chef de l’Etat, M. Abdou Diouf.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0