Accueil du site > Ressources > Un dialogue sur les Conséquences de la Maternité Précoce sur l’Éducation des (...)

Un dialogue sur les Conséquences de la Maternité Précoce sur l’Éducation des Filles en Afrique

lundi 1er janvier 2001, par Nicolas Bégat

>Par courtoisie de IPS, Service francophone Inter presse Service, Cotonou

"L’Afrique est confrontée à une situation de crise frappant sa jeunesse : la prévalence élevée et croissante parmi ses adolescents des activités sexuelles sans protection, sans référence et sans informations. Et cette situation de crise se répercute sur tous les aspects de la société africaine. Le bien-être de ces jeunes est menacé par la hausse alarmante du nombre d’enfants et de personnes à charge et, par la progression incontrôlée de l’épidémie du SIDA ; par l’augmentation du nombre de personnes vivant dans la pauvreté ; et le nombre croissant de mères célibataires et le déclin des familles traditionnelles. Les filles et les femmes subissent les conséquences de la discrimination entre sexes dans leur santé, leurs droits et leurs vies. Les guerres et les conflits civils ont déraciné des millions de personnes et laissé dans leur sillage des adolescents qui sont plus que jamais vulnérables à l’exploitation sexuelle, aux grossesses non désirées et à la maladie."

Du défi au consensus : la santé reproductive des adolescents en Afrique

Cette crise en matière de santé reproductive des adolescents a des conséquences dramatiques sur le niveau d’éducation que peuvent atteindre nos enfants, et par là même, rejaillit sur le développement économique et le progrès social du continent africain. Les circonstances qui ont mené à la situation actuelle sont nombreuses et diverses. Elles reposent sur des facteurs historiques complexes, souvent liés à une dislocation des structures sociales qui a permis l’introduction de phénomènes nouveaux et auxquels la famille n’est pas forcément en mesure de répondre.
Au-delà des contraintes citées et qui sont valables pour tous nos enfants, les statistiques de l’éducation indiquent une faiblesse systèmatique et importante des inscriptions féminines. Ceci est vrai dans le primaire, comme dans le secondaire et le supérieur, au Nord comme au Sud du Sahara. Ici aussi, les raisons sont multiples. Il s’agit souvent d’une décision rationnelle, de la part des familles qui, devant la faiblesse de leur revenu, accordent, la priorité aux garçons en matière d’éducation.
Les obstacles à l’éducation de nos filles sont si nombreux et importants au départ, que leur scolarité devrait se réaliser dans les meilleures conditions. Or, une fois à l’école, nos filles se trouvent de nouveau et trop souvent confrontées à des circonstances qui non seulement sont détrimentales à leur croissance et développement personnels, mais encore, met en danger leurs chances de se maintenir à l’école. Les maternités précoces, non-désirées et hors mariage sont de plus en plus citées comme une des causes principales d’abandon des étude, soit à l’insistance des familles elles-mêmes, soit du fait de règlements scolaires qui imposent le renvoi des filles-mères. Dans les deux cas, la jeune mère et son enfant sont confrontés à une situation qui les mène à la marginalisation sociale, avec toutes les conséquences qu’elle implique.

Educ-filles, le dialogue

Ce dialogue a pour but premier d’ouvrir un débat interactif sur le thème de l’éducation des filles et la santé reproductive des adolescents en Afrique, avec un intérêt particulier pour les maternités adolescentes et leurs conséquences sur la scolarisation féminine. Ce forum de discussion est organisé en partenariat entre l’AUPELF-UREF (Agence francophone pour l’enseignement supérieur et la recherche) et la Banque Mondiale (Secteur du Développement humain, Région Afrique). Cette collaboration permettra aux membres africains des deux réseaux de participer à part entière à ce dialogue.

Comment participer à la discussion

Toute personne ayant accès à une messagerie électronique peut souscrire à cette liste. Pour vous inscrire, veuillez envoyer un message électronique à l’hôte de la liste de diffusion : majordomo@jazz.worldbank.org
N’indiquez pas d’objet (subject) dans cette rubrique. Dans le corps du message, tapez le texte suivant :
SUBSCRIBE EDUC-FILLES

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0