Accueil du site > Ressources > Pour l’égalité sexuelle

Pour l’égalité sexuelle

lundi 1er janvier 2001, par Nicolas Bégat

Par Eric Fassin

Qu’il s’agisse de la parité ou du PaCS, des femmes ou de l’homosexualité, dans la sphère publique ou privée, nous nous réclamons d’un même principe, qui est inscrit au cœur du projet politique de la gauche : l’égalité. Nous refusons de nous laisser enfermer dans un débat absurde, pour ou contre la différence des sexes. La différence des sexes n’est pas une valeur politique, positive ou négative. Nous nous engageons donc pour l’égalité sexuelle - à la fois entre les sexes, et entre les sexualités.
Au nom de la différence des sexes, même à gauche, on nous demande trop souvent aujourd’hui de choisir entre les droits des femmes et les droits des gais et lesbiennes. Pour notre part, au lieu de les opposer, nous voulons marier les revendications du féminisme et du mouvement homosexuel. Il ne s’agit pourtant pas d’une alliance des particularismes : loin de nous satisfaire d’une égalité restreinte, uniquement soucieuse d’un groupe ou l’autre, nous voulons généraliser la revendication d’égalité, contre toutes les discriminations.
L’égalité des sexes et des sexualités, ce devrait être le programme d’un universalisme radical qui engage à parler d’autres discriminations, et d’autres inégalités. Il est vrai qu’aujourd’hui l’universalisme est devenu le refuge de tous les conservatismes, faute d’avoir donné la priorité à l’ambition égalitaire : à force d’abstraction, il s’aveugle aux discriminations concrètes. Mais prenons-le au mot : comment l’universalisme s’accommoderait-il de la discrimination, qu’elle vise les femmes ou les couples de même sexe ? La République ne saurait rester indifférente à l’égalité. Et l’amour de l’égalité ne doit pas demeurer platonique : il faut lui donner les moyens d’arriver à ses fins.
L’égalité de droit est donc une condition nécessaire : aussi importe-t-il d’ouvrir le mariage et la filiation aux couples de même sexe. Mais elle n’est pas toujours une condition suffisante. C’est pourquoi, quand le monde politique s’obstine à fermer ses portes aux femmes, l’égalité de fait requiert une politique volontariste. La discrimination positive vaut mieux que la discrimination : loin d’en être l’équivalent, elle est un instrument qui la corrige. Pour certains, qu’il s’agisse des femmes ou de l’homosexualité, le mieux serait de ne rien faire. Pour nous, sur ces deux fronts de l’égalité, il faut faire quelque chose : nous préférons le mouvement à l’ordre établi, fût-il "symbolique".
Nous ne voulons pas d’une parité refermée sur elle-même, au nom de la différence des sexes. La parité doit être, non pas un principe, mais une stratégie au service d’un principe : l’égalité. Le mouvement paritaire ne manquera donc pas d’ouvrir la voie à d’autres revendications, dans d’autres sphères de la société, et pour d’autres minorités : ce qu’il faut redouter, ce n’est pas la généralisation des revendications, mais la multiplication des inégalités et des discriminations.
Nous ne voulons pas plus enfermer quiconque dans le PaCS : pour être libres de refuser le mariage ou la famille, les lesbiennes et les gais, comme tout le monde, doivent avoir la liberté de les choisir. La reconnaissance des couples de même sexe et des familles homoparentales ne les concerne d’ailleurs pas seulement : l’égalité affectera notre ordre sexuel dans son entier, c’est-à-dire notre manière d’organiser à la fois les sexes et les sexualités. Ainsi, quand on ne définira plus le mariage et la famille, comme naturellement, par la différence des sexes, l’inégalité des sexes apparaîtra aussi moins naturelle. L’égalité des sexualités aura donc un effet en retour sur l’égalité des sexes.
Nous revendiquons l’égalité. Non pas pour les femmes, non pas pour les homosexuels, mais pour tous, et donc pour toutes : il n’est d’égalité qu’universelle. Il en va de l’intérêt général. Nous sommes les universalistes.

Si vous souhaitez vous associer à ce manifeste, à titre individuel ou au nom d’une association, merci de transmettre votre signature, par courrier électronique, à : egalite@ifrance.com

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0