Accueil du site > Ressources > L’autre discours de la mondialisation

L’autre discours de la mondialisation

jeudi 1er février 2001, par Nicolas Bégat

Par Joelle Palmieri

Derrière le mot " mondialisation ", se cachent bien des conceptions. Celle des libéraux qui au travers de beaux discours façonnent une image de qualité pour mieux cacher une bataille déchaînée pour le profit maximum et celle de ceux qu’on nomme abusément les " anti-mondialistes " qui se battent pour un monde solidaire, écologique, équilibré et égalitaire. Petit point d’ordre entre deux sommets.



De Porto Alegre à Québec, il n’y a qu’un pas géographique que les promoteurs de la Zone de Libre Echange des Amériques (ZLEA) n’ont pas eu peur de franchir. Afin de construire le Grand continent pour faire face à la petite Europe, tous les moyens sont bons : dérégulation des marchés, désengagement des Etats et surtout lois du Commerce au-dessus de toute forme de législation nationale. Ainsi, l’Accord Multinational d’investissement (AMI) est en train de re-pointer son nez mine de rien... alors qu’il avait été mis à bas par ceux que tout le monde se plait maintenant à nommer les " anti-mondialistes ". Alerte ! Abus de langage ! Qui sont les véritables anti-mondialistes ? Ne sont-ce pas les obsédés du fric à tout crin et du profit maximum ? Les représentants de la société civile, présents au Forum Social Mondial à Porto Alegre et au Sommet des Peuples à Québec, ne sont-ils pas favorables à la mondialisation ? Celle des populations ? La confusion est si grande, y compris parfois parmi les militants anti-libéraux, qu’on passe son temps à se justifier en affirmant nos valeurs de démocratie, d’équité, de répartition juste des richesses, de non-violence...Mais à écouter le 1er Ministre du Canada qui a ouvert le Sommet des Amériques ou bien encore le président de Vivendi-Univesal, Jean-Marie Messier, le match est serré. Le discours est effectivement presque le même. De quoi devenir très méfiant-es ! Alors, à quand de véritables politiques et actions alternativefs des syndicats, ONGs, mouvements sociaux, mouvements des femmes... clamées haut et fort ! Les élaborer et les mettre en place serait la seule façon de nous démarquer des omnipotents de ce monde, - afin de montrer que derrière nos mots de justice et de démocratie, il y a une réelle volonté de changement..

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0