Accueil du site > Ressources > Les ONG de femmes au Ghana

Les ONG de femmes au Ghana

lundi 1er janvier 2001, par Nicolas Bégat


La première organisation importante, fondée en 1975, s’appelle le

National Council on Women and Developpement (NCWD

). Oeuvre du gouvernement, cette organisation est crée sur la base des objectifs définis lors de la conférence internationale des Nations Unis, qui s’est tenue la même année. Même si la mission est en accord avec les besoins, les problèmes liés à la bureaucratie et à l’absence d’une ligne politique plus agressive, sont autant de facteurs expliquant la fin de cette institution.

Le

31rst December Women’s Movement

, présidé par Mme Nana Agyeman Rawlings (épouse de l’ancien président du Ghana) est une réponse à un besoin de mobilisation des femmes, qui, suite à la politique engagée par l’état, ont perdu leurs revenus ou leurs marchandises.

Woman and Earth Ghana

Le 11 décembre 2000, lors de la conférence internationale annuelle de Woman and Earth global, Mary Ankomah prend officiellement la présidence de la branche ghanéenne. Entre 1992 et 1996, Mary Ankomah avait profité de sa fonction de parlementaire pour mettre en place quatorze projets de développement économique pour les femmes rurales dans sa circonscription, la Western Région (Région de l’Ouest). La région est stratégique puisqu’elle est la deuxième plus riche du Ghana et la première productrice de cacao. L’extraction de l’or est aussi un secteur phare.
Les projets réalisés diffèrent selon les besoins spécifiques des villages mais le soutien aux femmes reste une priorité. Un premier projet concerne la plantation de manioc. Pour le mettre en place, Mary Ankomah demande au chef du village de lui accorder une parcelle de terrain afin qu’un groupe de femmes du village puissent le cultiver. Les produits doivent être vendus dans d’autres villes. Or, l’infrastructure routière est largement insuffisante au Ghana, le cheminement des récoltes au lieu du marché est un des problèmes cruciaux de la région. Afin de le résoudre, un autre projet de construction de bâtisses, équipés des machines nécessaires à la transformation des denrées, intègre la construction d’un rails de chemin de fer, reliant le village à Accra.
La majorité des ces quatorze projets ont périclités, en raison de l’incapacité des femmes à les gérer de façon autonome, mais aussi pour la volonté des hommes formateurs de phagocyter ces initiatives et leur refus de transmettre aux femmes les techniques d’utilisation des machines.
Dans le cadre de Woman and Earth Ghana, Mary Ankomah développe des nouveaux projets qui prennent en compte les problèmes rencontrés auparavant et mettent au centre de l’expérience la formation des femmes à la gestion et à l’entreprenariat.
E-mail : womearth@dorsai.org

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0