Accueil du site > Ressources > Prendre le risque de la poésie

Prendre le risque de la poésie

lundi 1er janvier 2001, par Nicolas Bégat


Par Stéphanie Picard, Attac Nevers


En introduction aux campagnes d’ATTAC pour les mois à venir, je tiens à attirer votre attention sur un rendez-vous ICI ET MAINTENANT à ne pas manquer, un rendez-vous au quotidien au sein et hors d’ATTAC : celui de la mixité.

Un peu d’histoire

Une négligence malencontreuse dans l’intitulé de l’Université d’été d’ATTAC à la Ciotat Pour une économie au service de l’Homme a rappelé une fois de plus -de trop- l’omniprésence de la sémantique patriarcale, même dans les analyses scientifiques les plus progressistes.

De ces heures, nous avons ressenti la nécessité de proposer la constitution d’un glossaire basique des termes à réformer dans les communications d’ATTAC dont la rigueur scientifique et la qualité littéraire saluée de tou-(te-)s par ailleurs ne peut indéfiniment se satisfaire de telles imprécisions qui confinent au contresens. A ce jour, deux mots font évidence :
® humain/homme : il va aujourd’hui de soit, qu’à l’heure du suffrage universel et de la parité, le mot homme ne peut plus légitimement faire office de terme générique représentant les deux sexes -qu’il n’a d’ailleurs jamais vraiment englobé.
® sexué/sexuel  : car il s’agit bien d’une répartition sexuée (ou de genre) des activités, née d’une construction sociétale, et non sexuelle qui reviendrait à dire qu’elle est naturelle, donc immuable.

...un glossaire à argumenter et à compléter, dont chacun peut se saisir ... glossaire@attac.org
Bien sûr, le phénomène papillon ayant été déclenché à La Ciotat, d’autres "sujets sensibles" surgirent. On n’a pu que remarquer la quasi-absence de femmes à la tribune (à l’exception de Susan George pour les cours magistraux et Michèle Dessenne pour les ateliers).
...et se rappeler la faible représentation des femmes dans ATTAC, que ce soit au Conseil Scientifique (nulle), au Conseil d’administration (10 sur 30), au Bureau (3 sur 11), ou dans les instances décisionnelles au sein des Comités locaux.
Aussi, après plus de deux ans d’existence "sauvage", il est temps d’étudier ce phénomène de plus près, de l’accompagner pour en arriver au minimum aujourd’hui légal de la parité, comme l’a rappelé Gisèle Halimi à Saint Brieuc (cf intervention de Monique Dental dans la Nièvre), et même plus : réussir la mixité*.

Nos expériences à tâtons dans la Nièvre

Réfléchir aux conditions d’émergence de ce pluralisme, questionner ce rapport au "pouvoir" qui éloigne les femmes des instances de décision, de cette nécessaire prise de parole pour laquelle il faut se faire si souvent violence...

Principes : Une présidence une action, Projet pour 2000/2001 d’une co-présidence mixte, Doublon sur tous les postes selon le modèle suivant le vice et la vertu, aussi nommés l’expert et le naïf sans jamais préciser qui est qui dans ce couple dual.

Achille, montre-moi ton talon

En quoi serait-ce l’apanage des femmes, de trouver la voie de la simplicité, de la discrétion et de l’efficacité (lien vers http://www.encyclopedie-naturelle.com/) ? Tel le combat de Lévy contre Goliath, nous pouvons détourner la force de l’ami -qui ne nous a pas sauvé la vie- comme on nous l’apprend dans les arts martiaux, plutôt que d’être en permanence dans la contre-référence trop sujette au danger de la fascination

Cultiver la question naïve

Et si nous** cultivions notre différence ?
En faisant émerger un autre regard sur la mondialisation, en soutenant les pratiques et les écrits de celles(ceux) que nous-mêmes désigneront comme nos experts (ex : les femmes chercheuses, les SCOP, le commerce équitable...).
Bien sûr, mais si nous allions jusqu’à cultiver en nous-même la "question naïve" comme une compétence qui nous serait propre et participerait de la réflexion ? Marylin Waring l’a bien mené avec succès en Nouvelle-Zélande.

Se réapproprier le corps du monde

Poser la question du corps qui nous est si intime. Celui-là même qui rejette cette illusion néo-libérale avant notre cerveau : donner la vie (donner corps à l’espoir), être victime des violences (corps à corps), cultiver la terre (souvent reniée par le corps social), être nié-(e-) comme être à part entière (souvent ignoré-(e-) du corps électoral)...

Résistances

Résister c’est créer, à l’instar de Miguel Benassayag. Comme cette idée d’AC ! de vendre des résistances (électriques) comme signe analogique discret de reconnaissance : un magnifique et simplicissime détournement sémantique subversif du progrès du tout-technologique.

Le quotidien de nos résistances

Pour clore cette invitation, je ne voudrais pas vous quitter sans vous tendre un BISOU, bourse des idées simples pour s’offrir des utopies (cf Bisou) afin que dès aujourd’hui (n’attendons pas demain) un autre monde soit possible...

...une bourse où l’on n’échange rien que ce qui n’a pas de valeur ... bisou@attac.org

Prochain épisode :
La Bourse, l’Entropie et le brin d’herbe...

*Mixité : de mélange, "Formé d’éléments de nature différentes", (définition personnelle) parité qui n’apparaîtrait pas comme une contrainte légale, mais comme un mélange appelé de nos vœux, et dont la révolution des mentalités serait immédiatement lisible dans la façon de vivre l’association, les modes d’organisations, les prises de parole et les prises de "pouvoir" devenues dès lors gouvernances (en référence à la gouvernance des femmes indiennes illettrées qui gouvernent certains petits villages en toute collégialité).

**Nous : femmes, étrangers, minorités culturelles, hommes aspirant à plus d’humanité et de sens et tou-(te-)s celles et ceux qui s’approprieront cette définition...

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0