Accueil du site > Ressources > Spontanément plus proche des femmes

Spontanément plus proche des femmes

dimanche 1er avril 2001, par Nicolas Bégat

Rencontre avec Frédérique Drogoul, psychologue, membre de Médecins du Monde, par Maggy Grab

Fred Drogoul est responsable du volet santé mentale en Tchétchènie-Ingouchie depuis plus d’un an. Elle travaille auprès des femmes et enfants. Elle partage son expérience en tant que femme dans son engagement humanitaire.



« Avant tout les différences entre les hommes et les femmes sont une réalité physiologique. Après, la place de l’homme et la place de la femme se déclinent différemment selon les cultures. Moi, je me sens spontanément plus proche des femmes au niveau de la sensibilité, de la compréhension, du partage, du ressenti de la charge des enfants, j’ai moi-même des enfants.
On peut partager toutes ces choses sans n’ont plus se diluer, on n’est pas les mêmes. On n’est pas tous identiques, je ne suis pas tchétchène. A la fois, nous sommes une communauté humaine, et après il y a une différence culturelle, et les événements dans lesquels on est pris. Il faut faire attention aux autres, mais faire aussi attention à ne pas tout mélanger. »

Sens-tu des différences de genre lors de tes missions ?

« Je ne sais pas... Moi je ne peux pas répondre comme cela. Je suis une femme et je peux répondre avec ma sensibilité pou des choses qui sont les miennes et que je partage avec les autres femmes. La question est d’être complémentaires. En tant que femme on a sûrement plus un capital confiance pour travailler auprès des femmes, auprès des enfants, mais à l’inverse il y a des choses plus faciles que les hommes pourraient faire... Je ne sais pas.
Ce qui me touche le plus ce sont les enfants, comme tout le monde...C’est étonnant parce qu’on voit des centaines d’enfants, des centaines de femmes, mais il ne reste toujours qu’une ou deux personnes dans la tête quand tu rentres. C’est pas simple d’affronter tout cela. Mais les liens forts avec l’équipe t’aide. »

P.-S.

Marie-Victoire Louis

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0