Accueil du site > Pratique > Livres > 35 heures : Le temps du bilan...inquiétant

35 heures : Le temps du bilan...inquiétant

mardi 1er mai 2001, par Nicolas Bégat

RTT ou 35h...bon an mal an, ces termes sont désormais entrés dans les mœurs en France et déjà, de nombreuses questions se bousculent au portillon : que vont changer en substance les 35h ? Qu’en attend-on ? Y a-t-il des limites aux RTT ?
Dans l’ouvrage collectif 35h : Le temps du bilan, les auteur-e-s entreprennent de faire un premier point, soulever les contradictions des lois et poser les vrais enjeux. L’objectif de l’ouvrage est simple : au-delà du débat partisan, il prévoit de " livrer aux citoyens des faits véritables, raisonnablement hiérarchisés sur des critères explicites et défendables ".
Bernard Perret nous présente ainsi un essai concis doté d’approches complémentaires développées par trois spécialistes s’appuyant sur un rapport de la Commission du Commissariat général du plan présidé par Henri Rouilleault.
Denis Clerc aborde, en premier lieu, le but premier de cette réforme : l’impact des 35h sur l’emploi et le chômage. Le tableau est contrasté. Il y a eu, certes, création d’emplois mais c’est en terme qualitatif qu’il convient de juger de la pertinence des RTT...en plus, si les multi-SMIC sont déjà un cauchemar, qu’adviendra-t-il des emplois à temps partiel ? Les conséquences sur les emplois les plus précaires seront à analyser très minutieusement.
En second lieu, Bernard Brunhes analyse, sur le terrain, les capacités des entreprises à gérer les nouvelles formes d’organisation qu’ouvrent les 35h. Le renforcement des négociations collectives ont-elles renforcé le syndicalisme (grâce au mandatement par ex.) ? Peut-on et va-t-on replacer le temps comme mesure centrale du travail ?
En dernier lieu, Dominique Méda mesure l’impact des 35h sur les conditions de vie et de travail des salariés qui y ont droit. Le gain de temps est-il partagé par tous ? Ne doit-on pas repenser les temps sociaux d’une manière globale, notamment pour l’égalité hommes/femmes ? Tout reste à faire dans ce domaine !
Si les 35h ont gagné leur premier pari -dans une conjoncture favorable-, de nombreuses zones d’ombre persistent...Les négociations collectives se sont révélées déficientes, les calculs de SMIC restent opaques, les fractures dans le monde du travail risquent de s’accroître, les travailleurs indépendants sont laissés de côté, le service public est un terrain encore en friche, la réflexion sur les temps sociaux fait cruellement défaut, le rôle de la loi et du droit face à la nomadisation et l’autonomisation des travailleurs reste problématique.
Réductions du temps de travail : les enseignements de l’observation, la Documentation Française, 2001.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0