Accueil du site > Humeur > Mon môme est malade

Mon môme est malade

mardi 1er février 2000, par Nicolas Bégat

9h30, au siège d’une entreprise dynamique. La présidente, les chèfes de projets et la responsable des relations humaines s’impatientent : mais où est passé le responsable du marketing ? Quand le téléphone sonne : « C’est moi, Durand. Je ne pourrai pas assister à la réunion ce matin, mon môme a de la fièvre. » « Soignez-le bien », répond la présidente en raccrochant. Puis elle ajoute à l’intention des autres : « Son môme a toujours un pet de travers ! Celui-là, pour sa promo, il pourra repasser. Quand je vous disais qu’il ne fallait pas embaucher d’hommes ! »... Grotesque ? Inversez les genres, et vous aurez une idée de ce que vivent les femmes au travail, quelle que soit leur position sociale. Il est absolument contraire à la loi de demander à une postulante si elle est nantie de marmots en bas âge ou si elle aurait l’intention de procréer à brève échéance. Mais combien d’employeurs ne se privent pas d’amener discrètement la question sur le tapis ? Combien d’employées s’entendent sournoisement rappeler leurs absences, au moment-même où se décident en haut lieu promotions et augmentations ? Allez donc empêcher un petit d’être « malade » ! Ça fait partie de sa croissance. Alors, pour conserver leur emploi ou en chercher un, des femmes ont recours à des traitements de choc. Et vas-y que je te bourre d’antibios ! Et vas-y que je te culpabilise parce que je sais que ce n’est pas comme ça qu’on se construit une santé ! A cette problématique, extrêmement douloureuse, certains répondent : salaire maternel. Nous préférons (et de loin !) : partage des responsabilités - et donc bouleversement des mentalités. Que les papas prennent aussi en charge la santé de leurs petits, et il s’en passera, des choses, dans le monde du travail. Ou plutôt dans le monde tout court. Car il se pourrait qu’à l’écoute d’humains tout neufs, les « décideurs » découvrent une autre vision de la vie.

P.-S.

Dominique Foufelle

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0