Accueil du site > Humeur > Gros méchant mot

Gros méchant mot

jeudi 1er juillet 1999, par Nicolas Bégat

Devoir : " Définissez, en quelques mots, l’association Les Pénélopes ". Oui, bon... Excusez-moi de vous demander pardon, mais la vérité m’oblige à avouer qu’il s’agit d’une association féministe. Le mot est lâché ! Il produit grosso-modo le même effet qu’un " caca boudin ! " retentissant lors d’une bénédiction nuptiale. Dégoût, réprobation. Mais qu’a-t-il de si vilain, ce mot, pour que même des féministes ne le prononcent qu’à regret ? Etymologiquement, il est on ne peut plus correct. Et politiquement ? Pas pour tout le monde, semble-t-il. On lui reproche d’évoquer irrésistiblement le Mouvement des femmes des années 1970. Bizarre - quand on sait qu’il date de 1837 ! Mais admettons. Pourquoi, alors, cette association d’idées provoque-t-elle le rejet ? C’est, vous répondra-t-on, que les féministes de cette épique époque se rendirent coupables d’excès. Ah ? Y-eut-il des viols, des mutilations sexuelles, des coups et blessures ? Conduisit-on sur le marché aux esclaves les plus fringants specimen de mâles, pour reléguer les autres aux cuisines ? A ma connaissance, les violences restèrent strictement verbales - et que celui ou celle qui ne s’est jamais excité dans un débat d’idées lance la première pierre ! Traiter d’ "hystériques " des femmes auxquelles nous devons tous et toutes, entre autres, de pouvoir baiser en paix, quelle ingratitude ! En reniant ainsi une partie de l’histoire des luttes sociales, n’apportons-nous pas de l’eau au moulin de nos ennemis communs ? Plutôt que d’user nos méninges à trouver un terme de rechange à " féminisme ", groupons nos énergies pour que ce mot devienne inutile !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0