Accueil du site > Humeur > Pour un mouvement du 22 mars !

Pour un mouvement du 22 mars !

dimanche 1er mars 1998, par Nicolas Bégat

Mesdames, est-ce vraiment sérieux que nous nous mêlions de politique ? Je parle de la politique-politique. Celle qui conduit à prendre une partie du pouvoir. Pouvoir de décisions sur le sort des citoyens, en attribuant des moyens à certains, en menant une réflexion globale. En faisant des choix de société, en privilégiant des domaines par rapport à d’autres. Avons-nous vraiment la maturité nécessaire pour ne pas regretter à la première embûche, au moindre conflit, de nous être compromises dans un système que nous ne maîtrisons pas : les règles du jeu du pouvoir ? D’ailleurs, si la vigilance de celles qui acceptent de se salir les mains, en occupant des postes clés à l’économie ou en politique, se relâche, on peut entièrement faire confiance à leurs amies de bon conseil pour les rappeller à l’ordre et pour dénoncer ces impies qui ne sont pas claires avec le pouvoir. Chassez le naturel et il revient au galop, Mesdames. Pourtant, l’histoire nous a toujours démontré que l’indépendance et l’autonomie passent par la rupture avec l’ordre établi. Où les premières ont-elles puisé leurs forces pour vaincre les obstacles si ce n’est dans l’immense espoir et la formidable croyance qu’elles ouvraient la voix à des milliers d’autres ? Le combat pour la parité n’est pas seulement un combat contre les hommes qui s’accrochent au pouvoir. Il réside aussi dans notre détermination à ne plus déléguer notre pouvoir de citoyennes. En votant, et non en grossissant les rangs des abstentionnistes des dernières élections régionales qui ont permis au FN de poser ses dictats, et en se faisant élire, pour décider enfin de notre propre sort. Il y a urgence à lancer le mouvement du 22 mars des femmes :
le pouvoir ne se mendie pas, il se prend !

P.-S.

Michèle Dessenne

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0