Accueil du site > Humeur > Et si les femmes passaient à l’Attac ?

Et si les femmes passaient à l’Attac ?

lundi 1er juin 1998, par Nicolas Bégat

Attac vient de naître, ce 3 juin 1998, à l’initiative du Monde Diplomatique et d’une bonne vingtaine d’associations et de syndicats. La guerre est déclarée contre la financiarisation qui précarise, exclut et réduit à l’assistanat et à la misère des millions de personnes dans le monde. Lutter pour faire appliquer la taxe Tobin, du nom de l’économiste américain qui en a eu l’idée, dans les années 70 : tel est l’objectif numéro 1. Il suffirait de taxer chacun des échanges financiers qui ont lieu chaque jour, à hauteur de 0,05%, pour réunir plus de 100 millions de dollars par an. De quoi sauver ceux qui crèvent un peu partout, de faim, de soif, de découragement. Là-bas, parmi eux, des femmes, par centaines, par milliers, par millions. Et des enfants aussi, accrochés à leurs bras, leurs ventres. Ici, dans les cités grises où végètent les désespérés, des femmes encore, qui gèrent les quelques francs du RMI pour nourrir la famille, et hantent les « vide-grenier » ou le secours populaire. Partout, des femmes précarisées, sans métier et souvent sans travail, sans avenir.
A nous, les femmes, de passer à l’Attac ! La lutte économique nous concerne de plein droit et d’absolue nécessité. Les Pénélopes ont adhéré à l’association Attac. Car lutter contre le capitalisme n’est pas seulement une histoire d’hommes. Nous avons à être vigilantes : la production d’information et d’études et les actions qu’Attac prévoit de mener devront intégrer la spécificité des femmes, ne pas omettre la brutalité avec laquelle elles sont aujourd’hui économiquement traitées.
A nous, à vous, d’agir, tout de suite. Les états d’âmes ne sont pas d’actualité. Il y a urgence. Créez des groupes Attac, dans les villes, les régions, les quartiers et faites entendre la voix des femmes.

P.-S.

Michèle Dessenne

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0