Accueil du site > Portraits > Shahrazed, 27 ans

Paroles de femmes

Shahrazed, 27 ans

, par Dominique Foufelle

Un des entretiens réalisés dans le cadre de la manifestation " Clichés de femmes, Clichés sur les femmes "

Shahrazed considère la France comme un pays de liberté pour les femmes. Elle s’enthousiasme pour l’évolution des mœurs dans le cadre professionnel et de la famille.

A propos de la journée internationale des femmes, des droits des femmes :
Aujourd’hui, au vingt et unième siècle, les femmes sont au top ! Elles ont su s’exprimer, dire qui elles étaient vraiment. Elles sont égales aux hommes, elles sont capables de faire tout ce que font les hommes, que ce soit piloter un avion de chasse ou être chef d’entreprise.
Je trouve que les femmes sont très intelligentes. Sur certains points, on peut même dire qu’elles sont plus intelligentes que les hommes. Mais je pense que les hommes n’admettront jamais que les femmes puissent être, à certains égards, supérieures à eux. Le fait que les femmes puissent, par exemple, gérer seules une société ou être super douées en informatique, n’est pas toujours bien vu par les hommes. Quoi qu’il en soit, dès que je vois une femme qui est capable de dominer un homme par son intelligence, je trouve cela génial.
Lorsque j’étais à l’école, les femmes n’avaient pas le droit de faire tout ce qu’elles voulaient. Mais, ici, en France, les femmes sont libres de faire ce qu’elles veulent, quand elles le veulent. Chez moi, au Maghreb, en Algérie, on a beau dire que c’est un pays démocratique, ce n’est pas vrai : les femmes ne sont pas libres. Elles ne sont " libres " qu’à partir du moment où les hommes leur ont accordé le droit de faire ce qu’elles ont réclamé. Dès que les femmes manifestent dans la rue, ils les emprisonnent. Tout cela n’est pas normal : elles devraient avoir le droit de s’exprimer, de dire et de faire ce qu’elles veulent.
Du coup, pour moi, la France c’est le pays numéro un. J’en ai parlé avec différentes femmes, de tous les pays : quand on aborde le sujet des droits de la femme, nous sommes toutes d’accord : la France est un pays où l’on peut faire beaucoup, beaucoup de choses en tant que femme.
Avant, l’homme essayait d’abattre la femme par tous les moyens et, aujourd’hui, elle est son égale. Par exemple, si demain j’ai envie de devenir responsable d’un magasin, je le peux ! Mon grand patron, c’est une femme et elle a des centaines d’hommes qui travaillent pour elle et ça, c’est beau ! c’est génial !
Je pense que dans la vie, soit tu fonces, tu fais ce que tu as envie de faire et tu ne regrettes rien, soit tu ne fais rien du tout et, au bout du compte, tu es déçue de n’avoir rien tenté. Par exemple, moi, j’ai quatre sœurs. Il y en a qui se sont mariées et qui n’ont pas pu faire ce qu’elles avaient envie de faire. Celle qui est derrière moi a du mal aussi.
Dans ma famille, je suis la fille " rebelle ". Du coup, mes parents ne sont pas toujours en accord avec mes choix mais, comme je leur ai dit : " Vous m’avez emmenée sur un territoire où la femme a le droit de faire ce qu’elle veut, j’estime donc que je fais ce que je veux. Si vous n’êtes pas d’accord, il ne fallait pas nous amener ici. Il fallait nous laisser dans notre village, au fin fond de l’Algérie. A 27 ans, je serais sûrement mariée et mère de quatre enfants, ça c’est clair. Mais ici, j’ai la chance d’être dans un pays où je peux me marier à l’âge que je veux, avec qui je veux, quand je veux et j’ai bien l’intention de le faire ainsi. "
Et puis, ce qu’il y a de bien, c’est qu’aujourd’hui, même lorsque nous sommes mariées, ça ne nous empêche pas de dire à notre mari : " j’ai envie de faire cela : que tu le veuilles ou non, c’est pareil ! ". C’est ça les droits des femmes : pouvoir dire ce que l’on pense, faire ce que nous voulons faire. Si l’homme n’accepte pas de nous entendre, tant pis pour lui. J’ai des amis hommes et j’ai un fiancé. Je lui ai bien expliqué que, demain, si nous nous marions, je continuerai à fréquenter mes amis hommes ; en aucun cas je changerai ce que je suis.

P.-S.

Propos recueillis par Sabrina Lunel

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0