Accueil du site > Actualités > Moyen-Orient > Moyen-Orient : discriminations de genre sur la citoyenneté

Moyen-Orient : discriminations de genre sur la citoyenneté

mercredi 21 juin 2006, par Magali G

Dans la plupart des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, une femme ne peut pas transmettre sa nationalité à ses enfants ou à son mari. Seuls les enfants légitimes, nés de citoyens masculins, obtiennent la nationalité. Cette restriction du droit à la nationalité est une discrimination sexiste légale qui laisse des millions de femmes et d’enfants privé-e-s de leurs droits. Quand une femme épouse un étranger, ou dans le cas inverse quand une étrangère a un enfant, mais hors mariage (l’enfant prend alors la nationalité de la mère), leurs enfants sont privé-e-s des pleins droits accordés aux citoyen-nes-s, tels que l’accès à l’éducation supérieure, aux soins de santé, à la possession ou l’héritage de terres et de biens… Une campagne ciblée est en cours dans ces pays pour que cesse cette négation du statut de citoyenne à part entière, et que les femmes et les enfants puissent accéder à la pleine jouissance de leurs droits. L’Algérie et l’Egypte ont déjà réformé certaines de leurs lois discriminatoires concernant la nationalité, mais des pays comme l’Arabie Saoudite, le Koweit ou les Emirats Arabes (ente autres) ont encore bien du chemin à faire.
Source : AWID (Association pour les Droits des Femmes et le Développement), www.awid.org, site avec versions française et espagnole.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0