Accueil du site > Actualités > Afrique > L’inertie quotidienne de la violence conjugale.

L’inertie quotidienne de la violence conjugale.

lundi 3 avril 2006, par ERZ

Une étude, menée en 2001 sur les classes populaires d’Egypte, a montré que presque toutes les femmes interrogées ont été frappées au moins une fois par leur mari. Cette situation, souvent excusée par l’entourage ou la famille de ces femmes, voire par ces femmes elles-mêmes, a convaincu l’ONG Association pour le Développement et la Valorisation des Femmes (ADEW) de leur offrir un abri – la Maison d’Eve. Malgré les violences qu’elles subissent, ces femmes hésitent à quitter le foyer conjugal : leur famille ou la police les encline à pardonner ; elles craignent d’être remplacées ; elles se sentent totalement démunies à l’idée d’être indépendantes, de travailler, de nourrir leurs enfants et de trouver un logement. L’ADEW reçoit et conseille ces femmes, mais aucune n’a pour le moment franchi le pas de l’installation à plein temps dans l’abri.
Source : IRIN

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0