Accueil du site > Actualités > Amérique latine > Finances solidaires à Fortaleza

Brésil

Finances solidaires à Fortaleza

, par Josefina Gamboa

Dans une agglomération de 30000 habitants, l’ensemble Palmeira, au sud de la ville de Fortaleza, dans le Nord-est du Brésil, le concept de socio-économie solidaire est appliqué de diverses façons. La Banque Palmas, crée en 1998, a pour but de garantir de micro-crédits pour la production et la consommation locales, avec un intérêt remarquablement bas et sans exigences de garants ou de revenus importants. Ce sont les voisins qui confirment si le citoyen-ne peut assumer le crédit et s’il-elle est responsable.
Il s’agit d’un système financier solidaire mis en route avec du capital solidaire, une production durable, une consommation éthique et un commerce équitable. Les lignes de crédit s’appliquent à la production, commerce ou services (420 familles bénéficiées), Micro-crédit pour Femmes (120 familles bénéficiées) PalmaMaison (65 familles) et un plan pour l’Agriculture Urbaine.
En 2001, 1125 familles ont été bénéficiées. Ce système oxygène le réseau solidaire, en facilitant la commercialisation des produits de la communauté, encourageant la circulation de revenus dans les quartiers. La carte de crédit PalmaCard, stimule à la consommation dans les commerces adhérés au système, avec paiement 30 jours plus tard. Le Club du Troc Solidaire avec Monnaie Sociale, le Palmares, permet l’échange de produits locaux. Il a été crée aussi un Magasin Solidaire où les habitants peuvent exposer leurs produits pour la vente.
La Couveuse Féminine est un projet de sécurité alimentaire pour les femmes en situation difficile. Le Laboratoire d’agriculture urbaine forme les femmes dans le cultive, l’élevage de poules. Une fois le métier appris, il est transféré aux cours des maisons. Tout est consommé ; l’excédant est vendu dans la Foire Solidaire. Les habitants peuvent maintenant faire des achats collectifs chez des grossistes, avec la conséquente économie. A partir de cette expérience, des nombreuses femmes ont récupéré leur confiance et sont prêtes maintenant à s’insérer au marché du travail. Les ventes dans le commerce local ont augmenté d’un 20%, 80 entrepreneu-rs-ses ont élargi ou sauvé leurs activités économiques.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0