Accueil du site > Actualités > Amérique du nord > Femmes et sciences : baisse significative

Femmes et sciences : baisse significative

samedi 30 avril 2005, par Elsa Boulet

Selon une étude réalisée par la Chaire CRSNG/Alcan pour les femmes en sciences et génie, entre 1999 et 2003, le nombre de femmes inscrites dans des programmes de sciences pures de niveau universitaire a connu une baisse significative. C’est ce que révèle un article de Guylaine Boucher, dans l’édition du samedi 26 et du dimanche 27 mars 2005 du Devoir (Québec). Parallèlement, les formations liées aux sciences de la santé, comme les sciences infirmières et la pharmacie, connaissent une hausse exponentielle du nombre de femmes inscrites. Cette situation se retrouve d’ailleurs sur l’ensemble de l’Amérique du Nord. Pour inverser la situation, la chaire de l’université Laval a choisi de s’adresser le plus tôt possible aux jeunes femmes. Puisque, d’après diverses études, les jeunes filles perdent leur intérêt pour les sciences vers 14 ou 15 ans, différentes actions sont mises en œuvre, pour les atteindre à l’école.
Pour accéder à la version intégrale de cet article :
http://www.ledevoir.com/2005/03/26/77827.html

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0