Accueil du site > Débats > Homosexualité et Télévision

Homosexualité et Télévision

lundi 28 février 2005, par Josefina Gamboa

Media-g, qui est un observatoire sur le traitement de l’homosexualité dans les médias, vient de rendre son rapport annuel sur la place de l’homosexualité à la télévision. Il a relevé, en 2004, 786 émissions de télévision abordant d’une manière ou d’une autre le thème de l’homosexualité, un chiffre en légère hausse par rapport à 2003. Ceci s’explique par la richesse de l’actualité sur le sujet.

La découverte d’abord par certains gays-beaufs de la mode du mariage avec robe et voiture vulgaire ; et la redécouverte ensuite par certains hétéro-beaufs de la mode médiévale du pédé grillé à l’insulte homophobe. Eh ! oui, le mariage comme le bûcher sont des inventions de tradition médiévale et en ce début de troisième millénaire, le Moyen-âge reste hypra revival ! Mais revenons à nos petits écrans homophiles.

Donc en 2004, des pédés plein la télé, même dans la télé-réalité. Il y en avait plein et pas des plus discrets. Rappelez-vous Vincent McDoom à la Ferme des perversités regardant circonspect l’insémination artificielle d’une vache et déclarant en constatant que le vétérinaire y avait glissé tout son bras : « Oh, j’aimerais pas qu’on me fasse ça ! » Mais enfin Vincent, qui vous le propose ? Danielle Gilbert ?...
La télé a même inventé en 2004 de nouvelles émissions de divertissement totalement consacrées à nos amis les folles : Follement gay sur M6 et rappelez-vous, Queer sur TF1. Mais dans toutes ces émissions, force est de constater que les clichés ont la vie dure. C’est toujours une image stéréotypée qui y est encore véhiculée.
Premièrement, le gay a plein d’argent. C’est normal, sa mère l’adore, c’est son fils préféré et elle lui donne en cachette des actions. Il n’a pas d’enfants, ce qui lui coûte beaucoup moins cher en poussettes. Mais là, je dis attention : il n’a pas d’enfants mais il a un chat et le vétérinaire n’est pas remboursé par la sécurité sociale, ce qui est une discrimination scandaleuse !!!
Deuxièmement, le gay habite Paris. C’est normal, sa mère habite Paris. Il ne va pas aller se faire griller en province et laisser sa mère toute seule, hein !?
Troisièmement, le gay a le sens de la décoration. C’est normal, ils sont tous coiffeurs. C’est toujours joli chez les coiffeurs, sinon on irait se faire couper les cheveux chez les bouchers qui sont tous hétérosexuels ; parce qu’ils n’ont pas le sens de la décoration…

Et puis j’allais totalement oublier : et les lesbiennes dans tout cela ? La télé les oublie aussi. Les lesbiennes n’existent pas pour la télé. Elles n’intéressent pas la télé parce qu’elles sont toutes pauvres. A la télé, elles sont justes bonnes pour faire des enfants dans les téléfilms sur l’homoparentalité. Ah ! la femmes éternelle, la femme génitrice, c’est tellement « medieval » [NDMG : prononcer à l’anglaise], médiéval, ah ! le Moyen-Âge, it’s so middle-age. Ah, moi aussi, je me sens très très middle age en ce moment…
Ah ! quel bonheur !!!!

Extrait de la chronique de Madame H. sur Radio Nova le 1er décembre 2004.

Madame H. raconte la saga des transpédégouines tous les dimanches soirs au point Virgule (Paris) résa : 01.42.78.67.03. www.madameh.com

P.-S.

Madame H. - décembre 2004

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0