Accueil du site > Actualités > Amérique du nord > Etats-Unis : quelle justice pour les femmes victimes de violences (...)

Etats-Unis : quelle justice pour les femmes victimes de violences ?

vendredi 31 mai 2002, par Dominique Foufelle

La Californienne Cheryl Sellers, condamnée à 25 ans d’emprisonnement pour le meurtre de son mari, a été libérée sur parole – après 17 années sous les verrous tout de même. Le juge a estimé qu’elle n’était pas dangereuse pour la société, n’ayant tué que pour se libérer des violences qu’elle subissait. S’il y avait eu au début des années 1990, une vague de clémence pour les femmes emprisonnées pour avoir supprimé un compagnon violent, les libérations se sont depuis espacées. La Californie a relancé le mouvement avec deux lois : l’une admet comme motif de demande de libération sur parole le fait que l’inculpée souffrait du "syndrome de la femme battue" (défini comme l’impossibilité de quitter l’agresseur) ; l’autre autorise les femmes jugées avant 1992 à invoquer la première. Trente-six femmes furent ainsi rejugées dans cet Etat l’année dernière, quatorze reconnues comme souffrant du dit syndrome, et huit proposées pour une libération sur parole. Les associations de défense des femmes victimes de violence espèrent que ces précédents réactiveront le débat public, et entraîneront les autres Etats, beaucoup plus lents à admettre une réalité identifiée par les psys, et surtout à en tenir compte dans les lois et dans leur application.
Source : Women’s eNews

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0