Accueil du site > Dossiers > Sous dossiers > Shirin Ebadi appelle à mettre fin aux discriminations sexistes

Shirin Ebadi appelle à mettre fin aux discriminations sexistes

samedi 31 janvier 2004, par Dominique Foufelle

La lauréate du Prix Nobel accuse les gouvernents d’utiliser la religion pour justifier les discriminations et la cruauté envers les femmes.

Pour la première fois dans l’histoire des FSM, une table ronde sur les droits humains était inscrite à l’agenda. "Droits humains pour le changement social" rassemblait des activistes du monde entier pour explorer les opportunités et les enjeux des droits humains comme cadre légal national et international du développement. " Les droits humains ne veulent rien dire s’ils n’apportent pas de changement dans la vie des gens " a insisté Irene Khan, Secrétaire générale d’Amnesty International, qui présidait la rencontre.

Religion et lutte contre le terrorisme : des excuses


Shirin Ebadi a mis les droits des femmes au centre de son discours d’ouverture. " Dans tous les pays, les femmes sont confrontées à des discriminations. C’est pourquoi les femmes de toutes les nationalités et religions doivent s’unir et former un forum contre les discriminations. Les femmes sont soumises à des pressions, non parce qu’elles violent les règles et coutumes religieuses, mais à cause de la culture patriarcale. Beaucoup de gouvernements imposent des discriminations, des violences et des cruautés aux femmes en les accusant d’être des impies. De nombreuses militantes des droits des femmes sont contraintes à l’exil. La religion ne peut justifier les discriminations, pas plus que la torture et l’esclavage. Tout cela n’est qu’une excuse dont les politiciens se servent pour mener leurs politiques et rester au pouvoir. " Shirin Ebadi a en outre accusé les gouvernements d’utiliser la lutte contre le terrorisme comme excuse pour faire peser une pression et exercer leur contrôle sur des peuples. Il y a des exemples d’Etats ayant adopté une nouvelle législation attentant aux droits civils et politiques, comme la liberté d’expression, tandis que les défenseurs des droits humains sont opprimés. Elle a appelé les Nations Unies à établir une veille sur l’application de mesures anti-terroristes mises en place par les Etats, en ce qui concerne le respect des droits humains.

P.-S.

Mirjana Dokmanovic – 20 janvier 2004

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0