Accueil du site > Dossiers > Sous dossiers > Femmes impures

Femmes impures

samedi 31 janvier 2004, par Dominique Foufelle

Même si la " punition " ou le rejet prennent des formes différentes selon les contextes et les cultures, les menstruations féminines sont devenues une cible symbolique pour l’exclusion des femmes dans de nombreuses parties du monde.

Les Dalits ne sont pas les seuls "intouchables" dans la société indienne. Quand elles ont leurs règles, les femmes indiennes ne doivent pas approcher les lieux spirituels, temples ou autres. Mais, comme l’expliquait une jeune membre de l’association de défense des droits des femmes Jaguri basée à New-Delhi, dans certains cas, des femmes subissent aussi durant cette période une quarantaine dans leur propre maison, dans diverses activités dont manger et dormir.
Cependant, le phénomène culturel de l’impureté des femmes liée à leurs menstruations n’est pas spécifique à l’Inde. Même si la " punition " ou le rejet prennent des formes différentes selon les contextes et les cultures, les menstruations féminines sont devenues une cible symbolique pour l’exclusion des femmes dans de nombreuses parties du monde. Il n’y a pas si longtemps, en Espagne par exemple, les femmes n’étaient pas bienvenues dans les églises durant ces jours-là. Même si cela n’a plus cours, la notion d’impureté liée aux règles demeure.
Il reste fréquent que hommes trouvent les femmes "sales" et sexuellement non attirantes quand elles ont leurs règles. Et les femmes elles-mêmes ont entériné cette impureté/saleté de différentes façons.

P.-S.

Malin Björk – 18 janvier 2004
Traduction : Dominique Foufelle

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0