Accueil du site > FSM 2004 > FSM - Sur le vif > Mumbaï Resistance : plus à gauche que moi tu meurs

Mumbaï Resistance : plus à gauche que moi tu meurs

mardi 20 janvier 2004, par Laurence

Trop mou le Forum social mondial ? C’est en tout cas ce que pensent les organisateurs de Mumbaï Résistance, un forum alternatif situé à quelques centaines de mètres du Forum social mondial.

À quelques centaines de mètres du Forum social mondial, de l’autre côté du boulevard, se tient un autre forum : celui de Mumbaï Résistance. Il réunit 300 organisations et accueille plus de 10 000 personnes selon ses organisateurs. "Le Forum social mondial crée trop de confusion. C’est un réseau incapable de prendre des décisions et de mener des actions concrètes. Ses organisateurs pensent que la globalisation peut être humanisée, pas nous. Un monde sans exploitation ne peut être construit sans détruire le système." L’homme barbu qui parle, accroupi devant un thé dans l’appartement qui abrite le siège de Mumbaï Résistance, où une vingtaine de militants s’agitent fébrilement, se nomme Barshan Pal. Il est membre du Forum de résistance du peuple indien (AIPRF), une organisation héritière du mouvement naxalite – mouvement d’inspiration maoïste qui avait lancé une insurrection révolutionnaire au Bengale de 1967 à 1972 – liée à l’actuelle guérilla maoïste népalaise. "Ceux qui sont au Forum participent à la globalisation libérale : Lula au Brésil, le Parti communiste d’Inde dans l’Etat du Bengale, Attac en France qui veut taxer les capitaux financiers. En plus, ce forum est financé par la fondation Ford, affirme-t-il. Mumbaï Résistance rassemble des organisations de lutte, de paysans, d’ouvriers, de femmes. Nous préférons l’action aux grands discours". Pour Barshan Pal, l’autre monde possible sera forcément socialiste.

Une initiative du PC philippin

Derrière, un homme pianote sur un ordinateur portable. Il est Philippin. Sa présence n’est pas surprenante : Mumbaï Résistance a été lancé à l’initiative du Parti communiste philippin, clandestin, dont les dirigeants sont exilés à Amsterdam (Pays-Bas). Ce même parti qui, aux Philippines, n’hésite pas à commanditer des assassinats de dissidents. Etonnamment, Mumbaï Résistance a été rejoint par KRS, l’équivalent indien de la Confédération paysanne, membre de Via Campesina. Les raisons de ce "transfuge" ? Officiellement, à cause de la présence d’organisations, que l’on appelle ici les "mouvements de masse", liées aux partis politiques, notamment le Parti communiste d’Inde (PCIM) au sein du FSM. "Ce qui est significatif, c’est qu’ils sont tous là, au même endroit, aux mêmes dates que le forum", sourie Pierre Rousset, organisateur du Forum parlementaire mondial, très critique envers le parti communiste philippin et ses pratiques d’assassinats ciblés. "La présence ici de ces « opposants » est la preuve ultime que le processus du FSM est important."

P.-S.

Ivan du Roy - Témoignage Chrétien
20/01/2004

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0