Accueil du site > Humeur > Gueule de bois

Gueule de bois

mercredi 31 décembre 2003, par Dominique Foufelle

Cette année, c’est sûr, au lendemain du réveillon, on aura la gueule de bois. Pas tant à cause de l’overdose de paillettes et de Mickey à la télé, non. Même pas de l’ingurgitation massive de boissons fortes et de volaille surengraissée. Mais parce que le premier jour de l’année se lèvera sur un paysage de désolation.
Pour des milliers de chômeur(se)s français(e)s sonnera l’heure des vaches encore plus maigres. Des millions d’Etats-Uniens se demanderont s’ils n’ont pas bouffé de la vache folle. Les Serbes souffriront du retour de la folie nationaliste. Entre autres, et pour ne citer que des "nouveautés".

Cette année, c’est sûr, au lendemain du réveillon, on aura la gueule de bois. Pas tant à cause de l’overdose de paillettes et de Mickey à la télé, non. Même pas de l’ingurgitation massive de boissons fortes et de volaille surengraissée. Mais parce que le premier jour de l’année se lèvera sur un paysage de désolation.
Pour des milliers de chômeur(se)s français(e)s sonnera l’heure des vaches encore plus maigres. Des millions d’Etats-Uniens se demanderont s’ils n’ont pas bouffé de la vache folle. Les Serbes souffriront du retour de la folie nationaliste. Entre autres, et pour ne citer que des "nouveautés".
Et les femmes continueront à subir en première ligne les ravages de la logique du fric triomphant, au nom de laquelle s’intensifie l’exploitation des ressources environnementales et humaines. Et les féministes continueront à dénoncer la mortifère alliance du capitalisme (ou du néolibéralisme, si vous préférez) et du patriarcat…
Qu’on ne nous impose en sus les termes d’un prétendu débat ! "Est-ce que vous êtes pour ou contre une loi contre le port de signes religieux ?" - répondez, c’est un ordre ! Nous aux Pénélopes, on en débat. La laïcité, oui ; l’exclusion, non : là-dessus, on est toutes d’accord. Et aussi pour en avoir ras-le-bol de commentaires où il est tant question des libertés religieuses, et si peu de celles des femmes.
Alors, quelle stratégie contre les discriminations, qu’elles soient sexistes, raciales ou sociales ? Quel remède contre la gueule de bois qu’on risque de se trimballer toute l’année ? Vomir ! Gerber, non seulement notre colère, mais nos analyses, nos propositions. Ne pas, surtout pas, nous les laisser confisquer, dénaturer, récupérer.
Cher(e)s camarades mal poli(e)s, n’hésitez pas à investir l’espace de parole qu’offre notre site !
Nous vous souhaitons une année forte en gueule – et riche en joies.

P.-S.

Dominique Foufelle - 31 décembre 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0