Accueil du site > Evénements > Faisons confiance au pouvoir des femmes, pas des rois !

Sommet Mondial de la société de l’information

Faisons confiance au pouvoir des femmes, pas des rois !

mercredi 31 décembre 2003, par Dominique Foufelle

Le sujet le plus attractif de la sixième table ronde du Comité sur le Genre était une invitation à se joindre à la discussion sur le Proche Orient et l’Asie centrale.

Trois orateurs jordaniens ont partagé leurs expériences de féminisation des TIC dans la société jordanienne. Bien que le débat dépassât la frontière géographique de la Jordanie, aucun autre pays n’était représenté. Au contraire, l’orateur qui a accueilli chaleureusement l’initiative du Roi de Jordanie de "permettre une égalité des sexes dans les TIC", a émis l’espoir que le modèle jordanien soit suivi dans les autres "États arabes."
Le Proche Orient et l’Asie centrale sont parmi les régions du Monde les plus complexes en matière socio-politique. Au cours de la dernière décennie, les guerres, la pauvreté, l’Islamisation des systèmes juridiques dans les pays non-arabes du Proche Orient a mis les femmes dans une situation fragile. Comment est-il possible d’imaginer que ce modèle jordanien puisse être une réponse en Palestine, où un mur de ségrégation a été construit par les forces occupantes ? En Afghanistan, où les Talibans sont en train de regagner le pouvoir dans certaines régions et attaquent des écoles pour empêcher les filles d’accéder à l’instruction, comment "le modèle jordanien" pourrait-il être d’une quelconque aide ?
En Iran, où les jeunes gens ont accès à Internet, qui connaît les TIC ? Il y a d’autres obstacles sociaux et politiques qui empêchent les jeunes filles et les femmes de participer activement et de façon vitale dans la société.
Ce qui surprend dans cette 6e table ronde du Comité sur le Genre n’est pas seulement sa vision étroite sur des questions complexes, mais aussi le fait que pratiquement le Proche Orient et l’Afrique de l’Ouest ont été réduits à la Jordanie. Un pays qui n’est pas représentatif de la région. L’histoire du Proche Orient montre que la seule façon de sortir des dictatures et des gouvernements totalitaires est de compter sur les initiatives des gens. Pas sur un Sommet qui se concentre sur l’information et la communication. Ignorer la complexité des problèmes ne fera que repousser les vrais pas en avant. Si un événement international échoue à répercuter les voix internationales, il ne pourra fournir aucune autre solution.

Traduction de l’anglais par Rachida Toudert

P.-S.

Mina Saadadi – décembre 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0