Accueil du site > Actualités > Asie > Japon : quand les soldats US violent

Japon : quand les soldats US violent

mercredi 31 décembre 2003, par Joëlle Palmieri

Aujourd’hui, les Etats-Unis ont posté au Japon quelque 47.000 soldats en uniforme, sans compter les 14.000 marins attachés à la septième flotte sur ses bases à Yokosuka (préfecture de Kanagawa) et Sasebo (préfecture de Nagasaki). En outre, on compte 52.000 personnes dépendantes de l’autorité états-unienne, 5.500 employé-es civil-es du département de la Défense, et 23.500 Japonais-es travaillant pour les forces nord-américaines, dans des travaux s’étendant de l’entretien des cours de golf à la traduction des journaux japonais pour la CIA et l’Agence d’intelligence de la défense (DIA). Cet énorme contingent est déployé sur 91 bases au sol, pour les deux-tiers situées dans l’Okinawa, où ils occupent 23.700 hectares. 19% du territoire de l’île est centre serveur d’environ 28.000 troupes états-uniennes. Rappelons que l’Okinawa est une île peuplée de 1,3 million d’indigène s sur un territoire plus petit que Kauai à Hawai. Selon les Okinawan-es, cela fait 58 ans, qu’ils connaissent agressions sexuelles, violences en tout genre, trafic de drogue, accidents de conduite en état d’ivresse, et quelques cas d’incendie criminel tout commis par des jeunes hommes qui proclament qu’ils sont dans l’Okinawa pour protéger le peuple contre les dangers de l’"instabilité" politique en Asie orientale. Le haut commandement américain caractérise systématiquement chaque viol ou meurtre commis par un soldat comme une "occurrence tragique exceptionnelle", un fait isolé, pour lequel l’ambassadeur états-unien et le général en poste expriment de profondes excuses.
Source :GSN

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0