Accueil du site > Actualités > Afrique > Ethiopie : les ravages de la politique anti-avortement de Bush

Ethiopie : les ravages de la politique anti-avortement de Bush

mercredi 31 décembre 2003, par Joëlle Palmieri

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, une Africaine sur seize risque de mourir pendant ou juste après sa grossesse. Pas d’accès aux soins prénataux, à la contraception, aux médecins compétents, pauvreté généralisée, sont les principales explications de ce taux excessif. En Ethiopie, où 45% des 72 millions d’habitant-es vivent en dessous du seuil de pauvreté, 55% des morts maternelles sont liées à des avortements ou à des accouchements prématurés sans aide. Cela représente également le deuxième cas de mortalité après le sida (8% de la population infectée). Dans ce pays, l’avortement est utilisé par les femmes, pour la plupart des mineures, comme moyen contraceptif. Rappelons que l’avortement n’est légal qu’en Afrique du Sud. Or, l’administration etats-unienne a proscrit le financement de l’avortement par toutes ses agences locales. La "global gag rule" (règle du bâillon mondial), lancée par Bush au début de son mandat, fait ici des ravages… L’année dernière, l’Association de soutien aux familles a ainsi perdu 3,8 millions de dollars de financement après avoir participé à une campagne de lobbying pour une loi sur l’avortement dans le pays. Vous avez dit lutte globale pour la liberté ?
Source : GSN

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0