Accueil du site > Dossiers > Sous dossiers > Féministes et altermondialistes européennes : le défi

Féministes et altermondialistes européennes : le défi

dimanche 30 novembre 2003, par Joëlle Palmieri

Elles étaient vingt, venues de Bulgarie, Serbie-Montenegro, Slovaquie, Croatie, Lettonie, République Tchèque, Pologne, Azerbaïdjan, Bosnie, Turquie, Autriche, Finlande, Suède, Pays-Bas, participer au Forum social européen à Paris/St-Denis/Bobigny/Ivry et à l’Assemblée européenne des droits des femmes qui le précédait du 12 au 15 novembre derniers. Bilan quasi unanime : vivons groupées et changeons radicalement le monde via le féminisme !

Ainsi est née l’idée de la création d’une plateforme féministe altermondialiste européenne. Ce réseau, particulièrement ancré sur des sujets comme le nationalisme, le militarisme, les conflits armés et la paix, les violences, les alternatives économiques et le patriarcat, apportera du lien entre ces différents thèmes et rompra ainsi définitivement avec toutes formes de sectarisme qu’il soit idéologique, géographique, social ou culturel.

La plateforme féministe altermondialiste européenne est le résultat d’un réel travail en commun pendant plus d’une semaine à l’occasion du Forum social européen : animation d’ateliers, participation à des plénières ou séminaires, production d’une couverture média quotidienne, participation à des émissions de radio, rencontre de partenaires locaux ou nationaux… Toutes les partenaires ont constaté que le FSE et toutes les activités connexes avaient été très importantes : événement gigantesque s’il en est, mal organisé, ou souffrant de l’éclatement des lieux, de problèmes de traduction, il n’en a pas moins représenté, pour celles qui avaient été invitées à parler en plénières et séminaires, un réel privilège même si, la majeure partie du temps, la part laissée à la discussion était totalement insuffisante.

Une communication politique

La couverture média a largement été vécue comme un événement politique majeur : très intéressante et utile pour acquérir une vue d’ensemble de l’événement, pour apporter une participation active, mais aussi pour partager des impressions et des avis et également pour coucher immédiatement par écrit les idées sur ce qui vient juste d’être vécu, rendant extrêmement plus rapide le processus de réflexion. Processus de communication pour le moins très politique dans une ambiance globale de critique des médias sans vision alternative. Qui plus est il permet de garder une mémoire féministe du FSE, complétée également par la radio/audio.

Mieux se connaître d’une Europe à l’autre

La rencontre avec des « locaux » fut très riche et utile pour obtenir une meilleure compréhension mutuelle de ce qui peut être fait entre l’Est et l’Ouest. En effet, encore une grande partie des Européennes de l’Ouest sait très peu concernant l’Europe de l’Est, y compris concernant les ordres du jour et activités féministes. Ce processus de partage s’est donc révélé très utile et efficace et a permis la confrontation de personnes très différentes, de tant de pays différents. Une manière concrète de démontrer une réelle solidarité contre l’injustice du monde dans lequel nous vivons. Une opportunité offerte par les Pénélopes de construire une réelle compréhension mutuelle de l’Europe, dans sa globalité, l’Europe de l’Est étant pour la plupart du temps amenée à travailler avec les Etats-Unis. Une sorte d’aberration historique.

Poser les bases d’une réelle politique féministe


Reste que nous devons aller plus loin, définir des sujets à traiter en commun, utiliser cet événement afin d’augmenter la visibilité mais également les consciences sur le féminisme afin de bâtir des politiques altermondialistes avec une perspective féministe. Même si toutes n’étaient pas directement impliquées dans la lutte féministe, ce processus a démontré son efficacité et a représenté une étape très importante vers le féminisme, incitant tout le monde à partager, pour discuter, pour changer le monde contre le négativisme, contrairement à l’Assemblée européenne des droits des femmes qui était plus un lieu où les femmes se sont plaintes plutôt que de proposer des solutions de changement, des résultats et des vues stratégiques.

Une plateforme féministe altermondialiste européenne

Nous avons donc convenu d’une stratégie globale : créer une plateforme féministe altermondialiste européenne particulièrement focalisée sur des sujets comme le nationalisme, le militarisme, les conflits armés et la paix, les violences, les économies alternatives, le patriarcat. Pour lui donner corps et vie nous avons convenu de :

- renforcer le réseau international existant femmes et économie solidaire pour accroître les consciences sur les alternatives économiques, les solutions de changement. Parmi les plus actives : la Bulgarie, la Croatie, la Serbie, la République Tchèque et la France hormis tous les autres pays d’Afrique, Amérique latine, Amérique du Nord,

- créer un portail féministe altermondialiste européen sur l’Internet portant sur le nationalisme, militarisme, les conflits armés et la paix, les violences, les alternatives économiques, le patriarcat, en publiant des textes d’analyse de la situation dans les différents pays, les actions mises en oeuvre, les bonnes expériences à partager,

- créer des formations ou séminaires croisés sur comment organiser des réunions internationales, comment mettre en valeur des savoir-faire non identifiés par le marché du travail et les partager , comment analyser les effets de l’économie occidentale sur les pays de l’Est,
employer le projet « Voix de femmes », initié par les Pénélopes, comme support radio/audio, pour donner une visibilité accrue des luttes et des solutions de changement apportées par les féministes à travers l’Europe. Pensé comme nomade, il peut être employé par quiconque afin de donner la voix à celles et ceux qui ne l’ont pas.

Prochaines étapes : le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) à Genève en décembre et le Forum social mondial (FSM) à Bombay, en Inde en janvier 2004. Que vive le féminisme !

P.-S.

Joelle Palmieri – 25 novembre 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0