Accueil du site > Actualités > Amérique latine > Objectrices de conscience au Paraguay

Objectrices de conscience au Paraguay

vendredi 31 mai 2002, par Josefina Gamboa

« Nous sommes des objectrices, et non des objets », précisent 25 femmes antimilitaristes du Paraguay. Ce n’est pas la première fois que des femmes paraguayennes se manifestent contre le service militaire obligatoire, mais cette fois-ci, c’est différent. Il y a moins d’un mois, les forces armées ont déclaré qu’à partir de l’année prochaine, les femmes pourront faire partie de l’armée nationale. "Les Forces Armées ne nous ouvrent pas un espace suite à une modernisation. Bien au contraire, elles nous traitent simplement comme des objets, et cette fois-ci, nous sommes utiles pour justifier leur significatif budget, ou même pour l’augmenter », affirma Raquel Pereira, dirigeante du Mouvement Objection de Conscience (MOC-Py). « Cette idée ne constitue en rien une alternative positive à la participation féminine. » Elles se déclarent objectrices à tout système de domination représenté pour une culture d’oppression économique, sociale ou culturelle. « Le militarisme n’est pas seulement un problème de genre, mais aussi un problème social, car il signifie l’entretien de tout un système de valeurs verticales et autoritaires. Nous ne croyons pas aux Forces Armées comme institution, vu que leur essence est fondée sur la violence et la culture patriarcale, et nous refusons de devenir des objets de cette structure en faisant partie d’elle », ont-elles dénoncé.
Source : www.adital.org.br

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0