Accueil du site > Humeur > J’avais presqu’oublié

J’avais presqu’oublié

vendredi 14 novembre 2003, par Malin Björk

Venir au Forum Social Européen pour celle ou celui qui, disons, n’est pas très satisfait de l’état du monde, c’est un peu comme entrer à la Nasa pour celle ou celui qui, disons, a toujours rêvé de voler en apesanteur. Disons alors que les préoccupations ne sont pas les mêmes et que la lecture des, disons des journaux, diffère.
Alter-mondialisation, partage des richesses, Porto Alegre ou Gênes sont servis à tous les plats, accompagnés de toutes sauces. Ces références finissent par devenir de tels poncifs qu’on finit par oublier ce qui les a fait naître. Triste destin réservé à qui rencontre le succès et, telles des stars, les Forums sont relayés par une couverture médiatique à l’éthique Paparazzi.

Tu y vas au Forum Social de Paris ? C’est pas trop loin (j’habite Bruxelles) et je décide d’aller voir enfin à quoi ressemble un mythe. Suis curieuse et n’attends rien de précis, je veux me rendre compte sur place de ce dont il s’agit. Par la même occasion, je réalise que beaucoup sont dans le même cas. En route donc pour cette nouvelle Babylone.
Au bout du monde, c’est-à-dire au bout de Paris, je mets déjà plus de temps à arpenter les souterrains et couloirs glauques du métro pour rejoindre Bobigny que de rejoindre la Gare du Nord depuis Bruxelles… On me l’avait dit, développer la mobilité, ça tue les petits, oui, oui et, du coup, je regarde mon portable avec un peu moins d’amour…Mais voici l’heureux matin qui précède les festivités. Une grisaille classique agrémentée d’une fine pluie, des tentes plantées plic-ploc, j’entre dans l’antre mythologique : l’Assemblée des Femmes, quelle joie !. Les camarades sont aimables, les pancartes bien oranges, seules les accréditations font un peu tache, mais bon, il y a des femmes, partout des femmes et encore des femmes. On parlotte, on réuniotte, on discourise… Tout cela est malgré tout fort bon enfant. C’est le bon moment pour étudier le programme. Merde, ça ressemble à un programme de cycle long à la fac… Et il n’y a que trois jours, quel gaspillage.! Mais non, c’est très riche, et c’est précisément cela la richesse, la diversité.... Et vlan,direct en plein sujet : Comment partager ce savoir, ce foisonnement de réflexions et d’idées.? Alors, je me dis que je recevrai de ce Forum autant que ce que j’y apporterai, soit un tout petit grain de sable. Et à l’échelle mondiale, c’est déjà pas mal.
On se parle, on échange, on rigole… il y a beaucoup d’ouvertures et d’envies. C’est franchement plus agréable que le métro, et que Paris. Moi qui ai toujours trouvé cette ville tendue, me voici en pleine révision de préjugés. Oui, c’est bien Paris : Les gens sont ouverts, détendus, ils disent ce qu’ils pensent, et prennent la parole, et pas que pour eux-mêmes…C’est bien Saint Denis, c’est bien La Villette, c’est pas mal Bobigny, à part qu’il n’y a pas de restaurants ouverts le soir et donc, on retourne vers Nation.
Et là, patââât comme on dit chez moi. Des flics tendus comme mâts, des cafetiers investis de rumeurs du style « ça va chauffer », « va y avoir de la casse », « c’est nos copains flics qui sont du quartier qui nous ont dit de fermer »... En moi-même je pense qu’on est bien moins menaçant pour la sûreté de l’Etat français qu’un match de football hebdomadaire. Je me retourne vers le mur de l’établissement où sont suspendus écharpes et étendards du club machin ainsi que l’écran plat qui crache MTV… Des femmes aux fesses rebondies qui lèchent les micros autour de gros cons à chaussures en forme de canons…Ces quelques heures au Forum m’avaient presque fait oublier que la réalité était bien là.

P.-S.

Virginie Jortay - 13 novembre 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0