Accueil du site > Forum Social Européen 2003 > FSE - Événements > Les femmes migrantes montent au créneau

Les femmes migrantes montent au créneau

mercredi 12 novembre 2003, par Rachida Toubert

L’atelier Femmes migrantes actrices d’une autre Europe a discuté et apporté aujourd’hui sa contribution au manifeste des femmes européennes. Dans une approche constructive, des revendications et des propositions ont été émises afin que soient enfin reconnus et respectés les droits des femmes migrantes dans les sociétés européennes.

Sur la base d’un texte élaboré depuis deux mois par plusieurs ONG de soutien des femmes migrantes, faisant un état des lieux de leur apport dans les sociétés européennes, les femmes et hommes présents dans l’atelier ont apporté leur pierre à l’édifice grâce à leurs témoignages et leurs propositions pour une Europe plus juste et plus égalitaire.
Parmi ces revendications, il a été clairement souligné « l’abolition du regard charitable posé sur les femmes migrantes » que portent souvent les sociétés européennes ; l’acquisition des droits sociaux, éducatifs et économiques de ces femmes dans une Europe qui connaît des situations très variables ; l’abrogation des codes des statuts personnels (qui sont de véritables prisons juridiques des femmes de certains pays du Sud et/ou conjointes vivant dans le Nord ; la Libre circulation et la citoyenneté de résidence pour toute personne étrangère communautaire et extra-communautaires.
Parmi les propositions par ailleurs, il est à noter la mise en place d’une plateforme d’échanges entre migrantes de différents continents ; la visibilité des femmes migrantes et leur apport positif ; l’intégration du principe d’égalité homme/femme dans la future Constitution européenne et pourquoi pas la commémoration d’une journée des diversités culturelles !

Un débat parfois houleux


Les discussions au sein de cet atelier ont été certes fortes et passionnelles, de véritables cris du cœur ! Cela dit, il faut être attentif à accorder la parole de manière égale et sans discrimination. En effet, les femmes françaises ou migrantes vivant en France ont été à plusieurs reprises mises sur la touche afin de laisser la parole en priorité à des femmes migrantes venues d’Europe. Cela a donné pour conséquence hélas, un manque de visibilité certaine des femmes ou filles issues de l’immigration en France.
Il a été également surprenant de voir beaucoup de participantes soutenir la politique française actuelle de l’exclusion des femmes voilées, sous prétexte que le voile est un « signe de soumission à l’homme ». Comme l’a bien souligné dans son intervention une militante de l’association Chabba à Marseille, ne tombons pas dans la politique politicienne qui a tendance à utiliser ce thème récurrent, ainsi que l’immigration et l’insécurité en vue d’échéances purement électorales. Femmes migrantes ou européennes, n’oublions pas que nous sommes dans un Forum Social qui se doit de respecter les paroles de chacune et chacun sans discrimination et surtout sans exclusion !

P.-S.

Rachida Toudert-Benbekhti, United against racism - 12 novembre 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0