Accueil du site > Forum Social Européen 2003 > FSE - Enjeux > Autre monde, autres luttes

Sexualités

Autre monde, autres luttes

jeudi 13 novembre 2003, par Dominique Foufelle

Vous nous croiserez au FSE, ostensiblement fièrEs, visiblement lesbiennes, gais, transgenres, transsexuelLEs, bisexuelLEs. Nous nous afficherons donc, depuis ces points de vue, beaucoup moins particuliers qu’il ne peut paraître au premier abord.

Dans nos luttes pour cet "autre monde possible", entendra-t-on encore longtemps "pédé", "enculé", pour moucher ministres et autres vilains ? Sera-t-il question de faire son "coming out" hétérosexuel ? Mon numéro de sécurité sociale commencera-t-il toujours par un genre dans lequel je ne me reconnais pas ? Regardera-t-on encore de travers une lesbienne ni mère, ni épouse ? Percevra-t-on encore nos espaces comme d’horribles dérives communautaires quand tout le reste est un gigantesque "hétéroland" qui s’ignore ? Reconnaîtra-t-on enfin que la famille n’est qu’un lieu de socialisation parmi beaucoup d’autres, souvent tellement plus épanouissants ?
Ces questions ne sont pas de pure forme, elles ne relèvent pas du politiquement correct mais du politique. Il s’agit de questions de fond. Lesbiennes qui n’appartenons pas aux hommes, trans bousculant les représentations de féminité et masculinité, efféminéEs, masculinEs, etc., nous échappons à nos "rôles" de vraies femmes ou de vrais hommes, mais existent-ils seulement ?

Ordre moral, ordre capital


Nous luttons contre l’ordre moral qui sous-tend les offensives actuelles du capitalisme, qu’il s’agisse de la destruction des systèmes de solidarités (santé, retraite, chômage, etc.) ou du tout sécuritaire (les trans en particulier ne remplissent pas toujours les conditions de "bonne intégration" requises pour un droit au séjour).
L’hétérosexualité n’est pas plus normale que les autres sexualités, le genrage homme-femme n’est pas naturel, nos corps nous appartiennent et les psychiatres n’ont rien à dire des transformations que nous y opérons, la famille n’est pas là pour répondre aux besoins de solidarités.
Et si Thierry venait travailler en robe parce que ça lui va mieux que le pantalon ? Que se passerait-il s’il devenait "normal" qu’une femme manie les godes et "naturel" qu’un homme apprécie d’être sodomisé ? Qu’arriverait-il si le genre homme-femme disparaissait ? Quel nouveau critère légitimerait qu’une moitié de la planète opprime l’autre ? Qu’est-ce que cela changerait dans les rapports de pouvoir, les rapports entre militantEs ?

Un réseau LGBT européen


Avant de parcourir cetTE autre monde, nous, LGBT altermondialistes, serons au FSE pour le construire avec toutEs les autres. Nous y combattrons là aussi l’ignorance et l’invisibilité qui nous étouffent.
Mais surtout, comme composante à part entière des luttes contre ce monde qui ne tourne pas rond, nous y échangerons nos expériences et nous préparerons les luttes à venir.
Un réseau LGBT européen se constitue. Il animera un espace et des ateliers à l’espace GLAD (Globalisation des Luttes et des Actions de Désobéissances). Nous constituerons des "blocs roses" dans les manifestations du 12 (droits des femmes) et du 15 ("pour une Europe des droits sociaux dans un monde sans guerre"). Des LGBT d’une dizaine de pays européens y défileront derrière une banderole "Lesbiennes, Gais, Bis, Trans, pour unE autre monde".

Programme des rencontres sur : http://pantheresroses.free.fr

P.-S.

Coordination Lesbienne en France (CLF) et Les Panthères roses – 7 novembre 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0