Accueil du site > Humeur > Intégrismes : toutes voiles dehors !

Intégrismes : toutes voiles dehors !

vendredi 31 octobre 2003, par Joëlle Palmieri

On aurait pu croire que le monde était tombé sur la tête mais… il l’est déjà, sur la tête. Un exercice d’équilibre ? Un test d’apesanteur ? Une hypothèse de travail ? Pour amortir cette stature, plusieurs sparadraps ou prothèses : l’affaire du voile en France, un mur de l’apartheid en Israël, la victoire du populisme, autant dire l’extrême-droite, en Suisse, la réforme du code de la famille en même temps que l’enfermement de supposés terroristes au Maroc, le retour du hijab en Irak...

On aurait pu croire que le monde était tombé sur la tête mais… il l’est déjà, sur la tête. Un exercice d’équilibre ? Un test d’apesanteur ? Une hypothèse de travail ? Pour amortir cette stature, plusieurs sparadraps ou prothèses : l’affaire du voile en France, un mur de l’apartheid en Israël, la victoire du populisme, autant dire l’extrême-droite, en Suisse, la réforme du code de la famille en même temps que l’enfermement de supposés terroristes au Maroc, le retour du hijab en Irak, la lente agonie d’un pape qui trouve néanmoins le moyen de l’ouvrir contre le mariage homosexuel et le port du préservatif et de faire passer ses consignes à la Commission européenne… j’en oublie, j’en oublie. Ce que tous ces pansements ont en commun : la haine et la peur de l’autre, comme un dogme, un concept, une ligne de conduite. La stigmatisation de l’autre comme un ennemi potentiel, un terroriste qui sait ?, un suspect. Un ciblage sexuel précis : les femmes. De fait, on assiste à un glissement du collectif (les sociétés) à l’individuel, du social-politique au religieux. En ramenant tous les problèmes, qu’ils soient sociaux, culturels, territoriaux, économiques, au religieux, on dépolitise le débat, on communautarise le système dans lequel on vit, le capitalisme. On participe de son entreprise constante de division, sociale, sexuelle…
En proposant une loi sur le port du voile dans les écoles, le gouvernement français joue au scrabble géant. Il polarise l’attention de l’opinion publique sur ces « arabes » - musulmans ou pas, islamistes ou pas, quelle différence entre un basané et un autre basané ? - qu’on semble soupçonner de vivre et de penser globalement comme des sauvages, de ne pas respecter la République puisqu’ils ne se résolvent pas à la laïcité. Il fait mot compte double auprès des féministes qui ne peuvent que soutenir une position contre les discriminations faites aux femmes, puisque de fait le voile représente bien le symbole musulman de l’oppression spécifique des femmes et de leur statut de non-droit. Il fait mot compte triple avec la gauche qui essaie de se ramasser autour d’un fait de société : la laïcité. Il fait mot compte quadruple avec Le Pen, toute famille confondue, qui attend patiemment et avec délice les prochaines élections. Il fait mot compte quintuple avec les islamistes qui se frottent les mains, en attendant que les « masses » se réveillent, puisqu’on est sur leur terrain, celui du séparatisme, de l’ethnicisme, de l’embrigadement, de la xénophobie, du racisme… et que les accords entrepris avec la « communauté musulmane de France » par Sarkozy en début d’année se poursuivent. C’est à se demander si ces deux jeunes filles d’Aubervilliers n’ont pas contracté avec les services du ministère de l’Intérieur !
Cette montée des intégrismes et des nationalismes partout, ce racisme et ce sexisme assumé par des populations entières, démontre une véritable crise en plus d’un réel danger. A cours de solutions de régulation de ses entreprises fructueuses, le libéralisme joue avec le feu, c’est peu de le dire ! Quand par exemple il fait le grand écart, de façon constante, entre la pornographie et la prostitution organisée et publique, en Irak comme dans nos rues, et la remise en cause des droits des femmes partout, y compris en Europe, il nous plonge dans sa propre dialectique : faire le maximum de profit tout en sectorisant et en individualisant les problèmes, faire des alliances à court terme pour mieux maintenir la chape de plomb. Un mot peut compter décuple : résistance !

P.-S.

Joelle Palmieri - 28 octobre 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0