Accueil du site > Evénements > FSE : vers l’Assemblée des droits des femmes

FSE : vers l’Assemblée des droits des femmes

samedi 30 août 2003, par Joëlle Palmieri

La réunion européenne de préparation de l’Assemblée des femmes du 12/11/03 s’est tenue à Gênes le 18 juillet dernier. Plus de 80 personnes ont participé à cette réunion venant de Bulgarie, Italie, France, Grèce, Catalogne, Ukraine, Angleterre, Ecosse, Espagne, Suède, Pays Basque, Allemagne, Serbie Monténégro, Catalogne. Cette rencontre a permis d’affiner le programme et les grands enjeux du 12 novembre 2003.

L’assemblée des femmes se déroulera à Bobigny, ville qui a mis à la disposition de l’Assemblée des femmes une logistique en termes de salles, restauration etc., qui garantit de bonnes conditions d’accueil et de déroulement de la journée.
Après un rappel des décisions de la précédente réunion européenne de Berlin, notamment sur les ateliers thématiques qui étaient au nombre de cinq : Violences, Femmes migrantes : actrices d’une autre Europe, Travail, précarité et pauvreté, Droit de choisir, Europe, le déroulé suivant a été mis au débat :
une ouverture en plénière à plusieurs voix/plusieurs pays portant principalement sur l’impact du néolibéralisme sur la situation des femmes. Cette ouverture serait préparée collectivement par un groupe de travail européen. Ensuite il y aurait la tenue des ateliers thématiques. L’après-midi serait en plénière avec un déroulé qui permettrait de rendre visibles les luttes de femmes, de faire émerger les revendications et les propositions de campagnes européennes.
A été évoquée la proposition de la participation du théâtre de l’opprimé pour faire le lien de façon vivante entre les différents thèmes, les témoignages par des femmes de luttes qu’elles ont menées.
Nous terminerions la journée en partant en manifestation de Bobigny à La Villette où se déroulera la cérémonie d’ouverture.
Le groupe de préparation français a expliqué qu’il travaillait à chaque réunion en deux temps : plénière et travail en quatre commissions :

- droit de choisir ( avortement, contraception, bio éthique),

- femmes migrantes : actrices pour une autre Europe,

- travail, précarité et pauvreté

- violence
Un atelier Europe se tient à un autre moment avec des représentantes des quatre commissions pour travailler sur l’Europe, la Convention européenne et aboutir à un manifeste revendicatif qui pourrait être débattu et travaillé dans tous les pays au sein des groupes de préparation de cette assemblée des femmes.
L’objectif étant de le présenter le 12 novembre comme résultat du travail collectif et comme support aux campagnes européennes à mener.
L’objectif de cette réunion étant aussi de constituer des réseaux au niveau européen.

Une fois cette présentation faite, le débat a porté sur deux points : quel travail préparatoire était fait (ou non) dans les régions et les pays et les réactions par rapport à ces propositions.

L’Italie a tenu deux réunions préparatoires nationales avec 66 associations ou collectifs de femmes qui ont discuté des thèmes pour Paris avec la création de 6 groupes de travail ; Propose de rajouter un atelier sur femmes et guerre.
A Madrid, le FSE Madrid intègre dans sa préparation l’assemblée des femmes.
Plusieurs femmes du Royaume uni, d’Italie, de Grèce, de France et du réseau des Femmes en noir sont intervenues sur la nécessité de rajouter un atelier sur Femmes et guerre.
Un groupe européen de jeunes féministes NextGenderation a proposé ce qu’elles avaient mis au débat avant la tenue de cette réunion la tenue d’un atelier sur : « incarnation du pouvoir : représentation politique et mouvements sociaux (titre anglais : Embodied Leadership).

Dans le débat, la transversalité entre les différents thèmes est réaffirmée comme indispensable, même si cela ne remet pas en cause la tenue des ateliers et des thématiques retenus pour les ateliers.
Plusieurs femmes ont fait part de leur souhait qu’il y ait des interventions de grands noms du mouvement alter-mondialiste (comme Susan Georges par ex) mais beaucoup se sont exprimées pour dire que la parole devait prioritairement celle des actrices du mouvement social et des luttes de femmes plutôt qu’à des leaders.

Conclusion
Il est retenu la tenue de 6 ateliers :

- Femme et guerre.

- Femmes et : « incarnation du pouvoir : représentation politique et mouvements sociaux (titre anglais : Embodied Leadership).

- Violences.

- Droit de choisir.

- Travail, précarité et pauvreté.

- Femmes migrantes : actrices pour une autre Europe.

Des groupes de travail européens se mettent en place autour des ces 6 thématiques et un groupe de travail européen sera chargé de travailler sur le manifeste revendicatif.
Les personnes s’inscrivent pour constituer des listes de discussion. Il faudra veiller à ce que celles qui n’ont pu venir à cette réunion mais qui souhaitent travailler autour de ces thématiques soient associées.
Au déroulé proposé de l’après-midi sera intégré le compte rendu des ateliers avec une rétro-projection des principales revendications qui auront été débattus lors de ces ateliers. L’apport du théatre de l’opprimé pour faire le lien entre les différents moments de l’après-midi n’a pas été remis en cause
Chaque pays ou région réfléchit aux interventions possibles, notamment de femmes actrices de luttes lors des ateliers ou de la plénière. Nous ferons le point à la prochaine réunion européenne de préparation.

Nous demandons à chaque pays de faire connaître dès que possible le nombre de participantes et les hébergements collectifs ou solidaires souhaités dès le 11/11 au soir à cette adresse E-Mail assemb.fem.org@ras.eu.org
Une liste de discussion européenne est mise en place : pour s’inscrire à cette liste : assemb.europ.women@ras.eu.org
Rappel de la liste de discussion française : assemb.europ.fem@ras.eu.org

P.-S.

Compte rendu rédigé par Anne Leclerc – Marche des Femmes

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0