Accueil du site > Evénements > Chroniques de l’antiféminisme

Chroniques de l’antiféminisme

samedi 31 mai 2003, par Dominique Foufelle

Qu’il n’y ait débats au sein du féminisme, ça n’est pas une nouveauté et ça prouve que le mouvement vit. Là où le bât blesse, c’est quand les médias ne relaient qu’un son de cloche. Comme par hasard, celui de femmes confortablement installées, qui flirtent avec l’antiféminisme tout en se réclamant du féminisme. Succès assuré : le sexiste lambda y trouve la justification de ses blocages. Et vogue l’audimat !

Quelle mouche a piqué les Badinter ? On les avait aimés dans de nobles combats : la suppression de la peine de mort pour monsieur, la remise en cause de " l’instinct maternel " pour madame. Et voilà que leur aura les rend crédibles dans la défense de thèses tendancieuses.
Les médias sont flegmards – et plus la profession se précarisera, plus ils le deviendront. A quoi bon mener une enquête sur les mouvements féministes quand un éditeur vous explique dans un communiqué ce qu’il convient d’en penser pour être moderne ? Et vas-y que je t’invite à s’exprimer les mêmes têtes d’affiche ! C’est comme ça qu’on fait l’opinion. Tandis que celles et ceux qui, humblement, s’interrogent sur la réalité du monde hors 75006/007 Paris, et mènent sur le terrain des luttes difficiles, passent pour des ringard-es, revanchard-es, faibles du cerveau.
L’antiféminisme n’est plus rampant : il relève la queue ! Il a retrouvé une légitimité grâce à des intellectuel-les patenté-es. Se rendent-ils compte, ces chouchous des médias, qu’ils cautionnent la primeur de l’effet sur la rigueur, de la parole sur la pensée, de l’emballage sur le contenu, de l’opportunisme sur la conscience ?
D’autres, engagé-es dans la recherche et/ou dans l’action, pensent aussi – merci ! Elles/ils replacent le débat dans la réalité et (re)posent les questions toujours ouvertes.

Des réponses à Fausse route et ceux qui empruntent le même chemin


L’association Mix-Cité a rédigé une brillante réplique, titrée "Femmes : Fausse route ou marche arrière ?", publiée dans La Monde du 17 mai.
La Fédération nationale Solidarité Femmes interpelle Elisabeth Badinter sur ses commentaires à propos des violences conjugales : qu’elle vienne s’informer auprès des associations de terrain avant de proférer des affirmations - Lire.
Elodie Marrel, du groupe féministe belge Malvira, a réagi à la série d’articles publiés dans l’Express autour de " Fausse Route " en envoyant une lettre à la rédaction - Lire.

P.-S.

Dominique Foufelle - mai 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0