Accueil du site > Humeur > Maman, je t’aime !

Maman, je t’aime !

mercredi 30 avril 2003, par Joëlle Palmieri

On aura eu droit à tout en cette fin de mois. Enfin, ça en donne bien l’impression. Guerre et suite, éclatement de l’Europe mais en surface seulement, proxénètes partouzeurs assassins dénonçant leurs complices flics, pédégés de compagnie pétrolière friqués qui font taire leurs maîtresses à coups de bâtons (de billets), nomination de la fille de son père à la vice-présidente du premier parti fasciste français, victoire sans précédent à l’échelle européenne du reality show le plus débile de la série, mais le plus affligeant, reste la poésie de ce gouvernement français : chasse aux prostituées, au voile islamique, aux salariées un peu installées, prime à la re-production, valorisation du travail d’aide ménagère...

On aura eu droit à tout en cette fin de mois. Enfin, ça en donne bien l’impression. Guerre et suite, éclatement de l’Europe mais en surface seulement, proxénètes partouzeurs assassins dénonçant leurs complices flics, pédégés de compagnie pétrolière friqués qui font taire leurs maîtresses à coups de bâtons (de billets), nomination de la fille de son père à la vice-présidente du premier parti fasciste français, victoire sans précédent à l’échelle européenne du reality show le plus débile de la série, mais le plus affligeant, reste la poésie de ce gouvernement français : chasse aux prostituées, au voile islamique, aux salariées un peu installées, prime à la re-production, valorisation du travail d’aide ménagère ? les bras m’en tombent. Mais jusqu’où ira la politique familialiste de ce Raffarin et de toute sa clique ? Qui dit mieux ? Fillon (ministre des Affaires sociales) et sa réforme des retraites avec des systèmes de reversion bien calculés qui, dans tous les cas, défavorisent les femmes ? ou encore son reciblage des pré-retraites qui va permettre à une mère de famille de trois enfants ayant 15 ans de service de prendre congé à bas prix ? Ferry (ministre de l’Education nationale) qui jette pelle-mêle, la mèche de cheveu en revers, "mixité, égalité, parité hommes-femmes et même écologie ou bio-éthique" pour arguer du principe de laïcité dans l’école ? Mais de quelle laïcité parle-t-il ? celle des bigots ? parce que Sarkozy ? enfin lui ! ? de renchérir qu’il faut opposer "une nouvelle vision de la laïcité" à une "laïcité sectaire qui nierait le fait religieux ». Pas mal celle-là ! Tout ça parce qu’il a derrière la tête la prise de contrôle des mosquées, croyant ainsi mettre la main sur tous ces sauvageons et s’allier avec les islamistes pour les faire taire ? je rêve ! Qui encore ? Sarkozy toujours ? ministre de l’Intérieur donc. Le voile et ses contrôles d’identité. La bonne morale et sa chasse aux prostituées. Dans le collimateur : des femmes. Quoi qu’on en dise. Personne ne le souligne. De l’autre côté du filet, pour ramasser les balles et les donner en bakchich à l’arbitre, le JPR. Le Premier. Bien sous tout rapport, plus populaire que jamais, celui qu’on fait passer pour l’esclave du héros international, sauveur des masses devant le méchant géant croqueur de hamburgers, Raffarin donc, signe son chef d’ ?uvre : un plan pour la petite enfance. Un florilège de mesures, qui doit rendre Boutin tellement folle de jalousie qu’elle doit en trépigner de colère dans les couloirs de l’Assemblée. Tout y passe. La prime à la naissance. Faites des mômes ! La France en a besoin pour payer vos retraites ? et remplir les caisses de l’assurance familiale ! J’hallucine : la France est le deuxième pays européen, après l’Irlande, producteur de chiards (1,9 par femme). Le congé parental. Bradé ! Tout doit disparaître ! et hop ! dès le premier enfant ! La « prestation d’accueil du jeune enfant », Paje. Une trouvaille ou comment faire croire qu’on donne plus, histoire de s’attirer quelques voix de plus, quand on regroupe cinq aides existantes ! Un « complément de libre choix d’activité ». Alors ça, c’est le pompon ! Parce que choix en langage raffarinien désigne pression. Pour être claire : comment mettre tout sur la table pour que les femmes arrêtent de travailler, sans toucher grand chose, et surtout, sans apparaître dans les chiffres du chômage ? Un « plan crèches ». C’est quoi ça ? l’opportunité pour les entreprises d’investir ces lieux jusque-là publics, histoire de diversifier leurs activités. Exonération d’impôts : 60%. Enfin, la cerise sur le gâteau, la revalorisation du « métier d’assistante maternelle ». « Leur expérience professionnelle sera validée par la création d’un diplôme équivalant à un certificat d’aptitude professionnelle (CAP). », en gras dans le texte. On offre aux bonnes femmes 450000 postes bien précaires. Mais qu’est-ce qu’elles veulent encore ? Dix mesures en tout. On n’est pas pingre chez les Français d’en haut. 1,2 milliard d’euros. 18% d’augmentation du budget alloué à la garde des enfants. Pas de problème. Tout le reste est gelé à l’exception du budget militaire qui ne cesse d’augmenter. Serait-on en train de préparer de la chair à canon ? Peut-être. En attendant, on assiste à une révision intégrale de la copie de l’Etat qui vise à réguler les flux privé/institution/société civile, autrement dit, à privatiser le secteur public tout en se gardant bien de franchir la frontière entre sphère publique et privée. Vous ne suivez plus ? Allez ! en gros, on garde les meufs à la maison, on leur fait faire des chiards, histoire d’assurer la fonction de re-production, pendant que les géniteurs continuent à les violer et à les assassiner en toute impunité, histoire de les garder dans le volant de production. Fastoche ! C’est beau l’alliance du capitalisme et du patriarcat ! Maman, t’es où ?

P.-S.

Joelle Palmieri ? 29 avril 2003

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0