Accueil du site > Actualités > Afrique > Afrique : mourir ou reproduire, il faut choisir

Afrique : mourir ou reproduire, il faut choisir

mercredi 30 avril 2003, par Joëlle Palmieri

Réunis à Addis Abeba, une centaine d’experts, médecins, juristes, militant-es ont incriminé la « Global Gag Rule » (loi du baillon), politique américaine qui interdit toute assistance à des groupes de planning familial, responsable des 70000 décès annuels liés à l’avortement en Afrique.

Chaque année on constate dans le monde environ 70000 décès liés à des avortements, dont la moitié en Afrique. Selon l’Oms, dans la seule Ethiopie, il existe plus de femmes qui meurent dans les hôpitaux de complications post-IVG, que de n’importe quelle autre cause. La majorité d’entre elles sont évidemment pauvres et très jeunes. Réunis à Addis Abeba, une centaine d’experts, médecins, juristes, militant-es ont incriminé la « Global Gag Rule » (loi du baillon), politique américaine qui interdit toute assistance à des groupes de planning familial. Quel rapport avec l’Afrique ? le soutien financier. Les Etats-Unis ont coupé toutes les aides en direction de ce continent. Résultat : encore plus d’avortements illégaux, pratiqués dans des conditions sans hygiène ou assistance médicale et un recul des juridictions. Décidément les Prolife ont la main très longue et sous prétexte de « sauver des vies » en suppriment sans compter.
Source : http://www.womensenews.org/article.cfm/dyn/aid/1293

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0